Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

24 articles avec photos - dessins & peintures

HAROLD EN ITALIE

Publié le par vingtpasses

 

DSC_0169.jpg

Le peintre albert MARTIN, connu pour ses peintures sur le thème du caparaçon, est mis à l'honneur pour sa peinture si particulière de la symphonie d'Hector BERLIOZ

Pour se rendre sur le site :

http://www.hberlioz.com/arts/AMartin.htm


Partager cet article

Repost 0

Marine CADET, photographe

Publié le par vingtpasses

Retenez ce nom !  Elle possède une maîtrise de la photo soutenue par un talent inné. Pour notre plaisir, elle saisit des instantanés de toreros, d'attitudes fugitives, bribes et trajes de luz passés au filtre de couleurs saturées, empreints d'une sensibilité aiguë. La palette est enrichie de nombreux autres thèmes où elle excelle de la même manière.

Elle n'a que vingt ans !


20120517214703-f96af490.jpg

Cliquez sur le site :   http://marinecadet.com/index.php?/category/2


Partager cet article

Repost 0

Vista Alegre - Gros plans

Publié le par vingtpasses

 

El-Pilar-instants-furtifs 6892

 

 

El-Pilar-instants-furtifs 6893

 

 

El-Pilar-instants-furtifs 6920

 

 

El-Pilar-instants-furtifs 6921

 

 

El-Pilar-instants-furtifs 6922

 

 

El-Pilar-instants-furtifs 6925

 

 

El-Pilar-instants-furtifs 6985

 

 

El-Pilar-instants-furtifs 6994

 

 

El-Pilar-instants-furtifs-6999-copie-1.JPG

 

 

El-Pilar-instants-furtifs 7098

 

 

El-Pilar-instants-furtifs 7108

 

 

El-Pilar-instants-furtifs 7143

 

 

El-Pilar-instants-furtifs 7185

 

 

El-Pilar-instants-furtifs 7197

 

 

El-Pilar-instants-furtifs 7286

Partager cet article

Repost 0

CAPARAZÓN

Publié le par vingtpasses

 

 

CARAPACE 05

 

 

Variations sur le caparazón par Albert Martin.

Aller sur l'album "Masques et Carapaces" 

 

Partager cet article

Repost 0

Harold en Italie - par Albert Martin

Publié le par vingtpasses

 

 

Harold - Albert

 

 

Après quelques années consacrées à une peinture « taurine » le peintre Albert Martin revient "vers une expression plus imaginative et symbolique", couchant sur sa toile en quatre tableaux la symphonie de Berlioz Harold en Italie. Les deux premières toiles achevées récemment résonnent telles les notes chargées d'émotion d'un stradivarius. Sans oublier ses "détournements de caparaçon" qui font toujours son bonheur, le maestro Albert décrit ci-dessous ses dernières peintures pour les lecteurs de Vingtpasses.

 

 

***

 

 

Méfiez-vous des commentaires touffus qui souvent accompagnent des œuvres . . . « minimalistes » (pour être poli) !

Après quelques années consacrées à une peinture « taurine » je reviens vers une expression plus imaginative et symbolique.

Par le passé j’ai eu différentes périodes : Paysages : Provence, marines, Grèce, Cévennes. Puis peintures murales : Bendor Musée Paul Ricard, Chapelle Saint Roch à Eyguières, Notre Dame de la Consolation à Villeneuve lez Avignon (pour ne citer que les plus importantes), puis symboliques avec une exposition sur le « Secret » Chapelle des Jésuites en 1999.

Je ne renie aucune de mes expressions, car je ne saurais travailler sans plaisir, aussi, si je délaisse la « Fiesta brava » au bénéfice d’une production plus intime et imaginative je n’abandonne pas pour autant mes « détournements » de caparaçons dont le concept et la rigueur graphique font encore mon bonheur.

Travaillant dans mon atelier depuis toujours sur fond de musique « classique », le poème symphonique de Berlioz  Harold en Italie (tout particulièrement le deuxième tableau la marche des pèlerins) me procurait des émotions que je m’étais juré de coucher sur la toile. C’est ce que j’ai entrepris depuis quelques mois.

Cela coïncide aussi avec un questionnement « philosophique » et « humaniste » sur l’anachronisme qui peut exister autour de la fiesta brava.

Je ne revendique absolument pas être un dépositaire et un garant de telle ou telle culture de tradition ; cependant on ne peut pas rester sourd et aveugle devant les propos et agissements de tels ou tels « fonds de commerces » (je pèse mes mots).

Devant la mauvaise foi d’un pourvoyeur du net qui n’hésite pas à introduire au beau milieu d’une corrida à pieds (entre le deuxième Tercio et la Faëna) une figure de Rejonéador particulièrement brutale et sanguinolente, détail d’une lame à l’appui !!! (Reportage dans les arènes de Quito), je ne peux que m’indigner.

Indigné aussi par les luttes intestines qui ternissent le noble Art, le discréditent et manipule une majorité  (non concernée ni géographiquement, ni culturellement) qui sera peut-être sollicitée, un jour, à s’exprimer par les urnes. . . . Mais revenons à nos moutons. Ci dessous le parallèle que j'ai tenté d'établir entre la musique et ma traduction peinte.

 

 

Tableau 1

 

Harold deuxième tableau

 

Pour la musique:

 

Premier tableau 

Violoncelles et contrebasses pour la musique entament une marche sombre au début, mais qui se dirige vers un « fortissimo » qui culmine, et, ensuite s’éclaircit avec l’entrée en scène de l’alto qui exécute le thème principal d’ « Harold » pendant de longues mesures. Cette progression nous amène tout naturellement à la « Marche des pèlerins ».


Deuxième tableau :

sujet du troisième tableau.

La Marche des pèlerins, point culminant (à mon goût) de cette œuvre de Berlioz, développe ce qui s’ébauche au premier tableau. Cette procession crépusculaire sortie de la pénombre du jour finissant. Les tintements de cloches dans le lointain, qui, quoique « vespéral » annoncent un jour nouveau qui nous apportera ses lumières et ses éclats festifs . . . 

 

 

 

Pour la peinture:

 

Premier tableau :

Rythmes, formes et mouvements scandent dès le début de cette expression la réalisation de l’œuvre, et cela, tout au long de ces huit mètres de peinture. Pour ce premier tableau les sons et les motifs (qui seront répétitifs à l’image du thème récurrent d’ « Harold ») semblent traverser un miroir. Ainsi s’écrit la réflexion des notes et des personnages tout au long des 3 tableaux à venir.


Deuxième tableau :

L’échelle se transforme et les pèlerins cheminent dans le jour finissant. Les dominantes, des gris, des bleus, des jaunes vibrants et des noirs, scandent les pas des processionnaires.  Ces fantômes tantôt sombres tantôt lumineux vont traverser la nuit aux sons des clarines quelques fois estompés par les brumes des marais. Ils se dirigent lentement vers l’éclat du soleil naissant.

 

Albert Martin

10 août 2011

 


Partager cet article

Repost 0

MORANTE - Nîmes 2011

Publié le par Charles CREPIN

Partager cet article

Repost 0

Iconographie tauromachique

Publié le par vingtpasses

 

 

 

Carapaces.jpg

 

 

Albert MARTIN

 

A voir, une évocation de l'iconographie taurine par le peintre devant les membres du CERCLE TAURIN NIMOIS.

 

Partager cet article

Repost 0

Tauromachie et Solidarité

Publié le par vingtpasses

 

 

Albert-Martin-S.jpg

 

 

Albert-Martin-3 0076

 

 

Albert-Martin-3 0077

 

Albert-Martin-3 0078

L'oeuvre est le thème du décor des nouveaux locaux de la sécurité sociale à Nîmes.

 

Voir les autres albums du peintre Albert MARTIN

Album 1

Album 2

 

Voir sur le site du peintre :  "temporada 2010"

Partager cet article

Repost 0

Castoreños

Publié le par vingtpasses

 

 

 

Divers-chargement-0631.JPG

 

 

  castorenos 0066

 

 

 

castorenos 0835

 

 

 

castorenos 1726 3

 

 

 

castorenos 6839

 

 

 

castorenos 1475

 

 

 

castorenos 6857

 

 

 

castorenos 8817 2

 

 

 

SDC15277

 

 

 

PORTRAIT ARCACHON

 

Photos :  C. CREPIN

Gros plan :  S. GABOURDES

Portrait : FRITERO par FRITERO

 

Partager cet article

Repost 0

Toujours là...

Publié le par Charles CREPIN

      


 

 

Divers-chargement 0906

 

Divers-chargement 1072-copie-1

 

Divers-chargement 0947

 

Divers-chargement 0963

 

Partager cet article

Repost 0

Mauvaise(s) passe(s)...

Publié le par Charles CREPIN


 

 

La photographie.

Pendant la corrida, je vise, je déclenche, je mitraille à tout-va (sur mon Ikon E Super Basic, j’ai la rafale automatique à plusieurs images par seconde ! clac - clac - clac - clac - clac...  ça fait pro, et ça en impose à mes voisins). Une fois rentré chez moi, je regarde mes photos sur l'ordi. Je sélectionne, je recoupe, je rogne, je recadre, je redresse. J’ajuste éventuellement l’exposition, je règle le contraste, je paufine la saturation, la température et la teinte des couleurs. Je mets du soleil là où il n’y en a pas, je débouche les ombres, je rattrape les lumières cramées, j’augmente même parfois la netteté, et en plus, je  réduis le bruit de l’image. Bref, je fais tout ça à mon goût perso, et au vôtre aussi. Du moins, c’est ce que je crois…


L’aficion.

Mais avant d’en arriver là, j’ai déjà trié les photos sous l'angle de la qualité tauromachique, de la pureté du geste, de la beauté de la passe, des attitudes et de la position du torero sur la ligne de charge. En tenant compte des règles de l’art, évidemment. Je m’applique, je perfectionne, je chipote. Vilains plis dans la muleta ? J’élimine. Fuera de cacho ? Corbeille. Estocade en pisse de chien ? Je jette. Bajonazo ? J’escamote. Armure de misère ou suspecte ? Je camoufle (je suis parano). Trapío indigne de la plaza de catégorie ?  blackout ! ( euh, pas toujours quand même, parceque sinon, j’aurais plus grand chose  à photographier…).  Après ça, reste plus que le bon... ou le moins mauvais.

 

Voila ce que ça donne :

 

 

      _1662.jpg

 

_5259.jpg

 


Bref, les plus belles passes de la corrida d'hier, la crème du toreo. En  éliminant  toutes celles qui  rappellent les vilains gestes de la tarde. C’est de la triche, ça !      Non. J’essaie simplement de vous  donner  du plaisir .  Pas plus !

Eh bien, voyez-vous, ça ne va pas durer. Depuis quelques temps, je mijote un truc tordu qui va perturber votre train-train habituel. Qui va vous ramener sur la terre ferme. J’ai ressorti en douce quelques photos nulles que j’avais mises négligemment à côté de la corbeille, au lieu de les faire disparaître ! Des photos qui vont en agacer plus d'un, j'en suis sûr. Un peu vache pour la figura qui va se reconnaître sur le cliché. Dérangeant pour la brega toujours aux abonnés absents quand il faudrait aller au quite. Sans parler du batacazo, où c’est le monosabio qui se tape tout le boulot, pas vrai ?  Donc, un simple rappel à la réalité et à la modestie. Mais il s'agit surtout de se marrer.

Allez ! Je vous en montre quelques-unes vite fait.

 

 

 

      Afeitado

 

 

Bad 0508

 

 

 

Bad 1601

 

 

SDC15539

 

 

SDC15564

 

 

SDC15577

 

 

SDC15643

 

SDC15536

 

 

Partager cet article

Repost 0

Une voltereta interminable

Publié le par vingt passes, pas plus...

 


 

 

RAFAELILLO - Aste Nagusia 2010 - BILBAO

 

RAFAELILLO-BILBAO-2010 0093

 

 

Voir l'album ici

 

Le vrai courage ne se laisse jamais abattre.

Fenelon - Télémaque


Partager cet article

Repost 0

Concerto à Bilbao

Publié le par vingt passes, pas plus...


 

 

PONCE - Aste Nagusia  2010  

 

 


PONCE-2010 9837 3

 

 


Voir l'album ici    

 

Partager cet article

Repost 0

Jonathan VEYRUNES

Publié le par vingt passes, pas plus...

 


 

JONATHAN-VEYRUNES 9302

 

Festival taurin de Saint Laurent d'Aigouze (Gard)  dimanche 21/08/2010.

 

 

 

Gestes superbes de Jonathan VEYRUNES, à revoir face à des adversaires de maille différente. 

 

 

Pour voir l'album, cliquez ici    

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Grand retour du petit Martin

Publié le par vingt passes, pas plus...

 


 

 

Petit-Martin.jpg

 

 


 

 

Un vrai régal, ce nouveau venu. Peintures, photos, expositions, vins. A consommer sans attendre ! 

Cliquez ici pour visiter le blog 

Et aussi, lien vers le site d'Albert Martin


Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>