Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

3 articles avec antis taurins

Du respect des morts à la mort du respect ?

Publié le par Vingtpasses

Pamela, bimbo défraîchie, Fromet, infect pitre : commune Indignité, commune ignorance, commune barbarie... Le titre "Du Respect des morts..." tiré d'un rapport législatif sur les morts bafoués, peut aussi bien leur être appliqué.

 

Dessin de Jean-François JALLET

Après le couplet écoeurant sur Fandiño, avec la complicité assumée de France Inter, c'est aujourd'hui, dans Midi Libre, la photo du fantôme de Malibu qui salit la statue de Christian *. Une photo dont le mauvais goût n'a sans doute choqué aucun des anti taurins qui manipulent cette américaine réputée pour son ouverture d'esprit.

 

J'aurais préféré la mort médiatique pure et simple pour cet épisode affligeant, comme devrait l'être celle des terroristes dont le trait commun avec nos deux moralisateurs en mal d'audience est la haine imbécile qui se cache sous les traits de leur intolérance.

La photo étalée sur Midi Libre, ne paraîtra pas sur Vingtpasses. Mais la lettre de Paul écrite à Christian en cette triste occasion mérite d'être lue.

 

C. CREPIN

 

 

* On trouve déjà dans l'antiquité la référence au respect des morts, ce respect qui manque ici...

 

« ...j'ai obéi à une loi, de ces lois que personne n'a écrites, qui existent on ne sait depuis quand et qui sont éternelles. Ces lois dictent aux êtres humains de traiter leurs semblables avec humanité et de ne pas bafouer leurs dépouilles mortelles. »

Sophocle - Antigone.

 

*****

 

Lettre à  Nimeño

Par Paul BOSC

 

Mon cher Nimeño,

Je me permets de te tutoyer même si dans la vie, pour les personnes que je respecte et admire, je préféré respecter le vouvoiement. Mais aujourd'hui cette familiarité est dictée par ce énième outrage que tu as subi. Après un jet l'acide qui a blessé un enfant, voilà qu'aujourd'hui, on te prend à témoin par une actrice de feuilleton américain pour dénoncer la corrida. 

 Pamela Anderson, la vedette de « Alerte à Malibu » était à Nîmes vendredi pour assister au concert de Christophe Maé. L'Alliance anti-corrida, de la très intelligente Claire Starosynski qui n'en rate pas une pour se faire remarquer et prouver son existence, n'ont rien trouver de mieux pour leur publicité que de faire poser l'actrice sous tes yeux, alanguie comme une péripatéticienne, une pancarte à la main dénonçant la torture animale. 

 La blonde américaine, que sa propre mère ne doit plus depuis longtemps reconnaître entre botox et chirurgie esthétique, ne doit plus avoir grand chose à faire dans sa vie professionnelle pour accepter de paraître dans ce genre de pub gratuite.

 Mon cher Christian n'as-tu pas eu envie de lui dire d'aller rejoindre son pays qui ne connaît pas grand chose aux courses de taureaux.  N'as-tu pas pensé, une seule seconde qu'elle ferait mieux d'aller se faire photographier près de la tombe de William Cody dit Buffalo Bill ou autre « matador » de bisons qui ont laissé blanchir les os de millions de ces bovins sauvages sans même les dépecer qui ont ensuite été transformés en colle, uniquement pour affamer les Amérindiens dont ils voulaient posséder leurs terres. Ne crois-tu pas que la dame blonde ferait mieux d'aller manifester auprès des dirigeants américains pour que plus jamais un illuminé massacre des étudiants dans une université parce que les armes sont en vente libre dans ce pays.

 Moi, ce qui me révolte, c'est que ton image soit salie par ces soi-disant défenseurs de la cause animale. Cette image va certainement faire le tour de la planète sans que l'on ait demandé ton avis. Alors que tu es là pour rappeler ton courage et les valeurs que la tauromachie a su éveiller dans ta vie, trop courte, trop cruelle. Dans ce monde, ces valeurs ont disparu. Un groupuscule nîmois et une dame blonde américaine n'ont même pas eu honte.

 

Paul BOSC

22/07/2017

 

Partager cet article

Repost 0

Quelle horreur !

Publié le par paul BOSC

 

En feuilletant « La Gazette de Nîmes » datée de cette semaine, mon Dieu quelle horreur la direction de cet hebdomadaire a osé publier !  Page 17 sous la rubrique : « A table », et, peut-être que le secrétaire de rédaction a tenté de faire un peu d’humour, les lecteurs de cet hebdomadaire sont invités à rejoindre « l’Alliance anti corrida »  le 20 octobre à 14 heures devant la gare pour une manifestation à Nîmes. Ce message subliminal est bien sûr accompagné d’une photographie bien sanglante d’un toro tué dans une arène. Une image bien sûr outrageusement retouchée.

Horrifié par cette photographie qui, effectivement donnait un haut le cœur, envie de vomir, on aurait juré, sur l’instant, ne plus jamais remettre les pieds dans une arène. Et c’est sans doute là le but visé par Madame Claire Starozinski : horrifier les ceux des nîmois et des Gardois qui ne sont pas plus que ça passionnés par les toros et la tauromachie et qui même s’ils trouvent ce spectacle d’un autre âge, ne vont pas dans les arènes et n’empêchent pas les autres d’y entrer.

C’est comme acheter le journal, aller écouter un concert qu’il soit de rap ou classique, assister à un match de foot et pourquoi pas de hand-ball, c’est à la mode ! Il faut bourse déliée. Et ceux qui n’aiment pas le rap, la musique classique, le foot ou le hand restent devant leurs postes de télé à écouter et à regarder toutes sortes de balivernes.

Mme Starozinski n’aime rien de cela, même pas la télé. Elle préfère passer son temps à chercher un poil sur un œuf, une petite ouverture dans le code civil qui lui permettra de déclencher la cavalerie contre son fantasme favori : la corrida. 

Avec tout ce qui se passe dans ce monde d’horrifiant, de dégueulasse, de malsain, où l’être humain est bafoué, exploité, mené par des fanatiques religieux, tué pour que quelques uns gardent leurs privilèges, la corrida  n’est qu’une chiure de mouche.

Et pourtant si cette dame et ses collègues connaissaient les émotions que la tauromachie sait, parfois, nous nous procurer, ces émotions qui font couler quelques larmes de pur bonheur devant une entente sublime entre un homme et une bête, ils seraient, sans aucun doute plus tolérants.

Quant au rédacteur en chef de la « Gazette de Nîmes » il doit singulièrement manquer d’argent pour faire tourner sa boutique en acceptant de publier cette publicité, surtout quand on se veut un journal nîmois où la tauromachie occupe une place importante.

Mais comme disait mon grand-père : « tout fout le camp » !


Publié dans Antis taurins

Partager cet article

Repost 0

Faux-semblants

Publié le par vingtpasses

  Par Charles CREPIN

 

 

Carte167.jpg

Carmen par CHIMOT

 

La psychophysiologie est sensée faire partie des sciences cognitives, à priori objectives. Aussi, les propos du psychophysiologue Hubert MONTAGNER sur le spectacle de la corrida, supposé préjudiciable aux enfants, ont-ils de quoi interpeler. Une déclaration qui lui vaudra certainement l'épée d'académicien de la F.L.A.C au service de laquelle il s’est placé, et la double casquette du chercheur-militant pour le moins sujette à caution. Que retenir en effet d'une thèse qui fait l'impasse sur les antithèses, sinon qu'elle cède la place à la simple profession de foi ? Tout cela suggère la fragilité d'un libre arbitre tiraillé entre psychologie et intolérance, par ailleurs caution déclarée d'un catalogue anti taurin dans lequel on cherche vainement la sérénité et l'objectivité des idées. 

 

Tout aussi consternante, la démarche, simpliste et manichéenne qui conduit une nouvelle foi l'Alliance Anti Corrida à mener une attaque pour le moins surprenante contre la "dangerosité" de la fresque taurine de Saint Martin de Crau (voir l'article de Paul BOSC http://vingt-passes-pas-plus.over-blog.org/article-un-coup-de-pub-inutile-97177505.html). La méthode et la communication, sous des aspects sereins et démarqués des actions violentes, n'en reste pas moins une subversion qui s'approprie les armes d’une guerre froide parée des manigances rassurantes de l'hypocrisie. C'est peut-être ce qui lui permet de bénéficier des bienveillants coups de projecteur d'une presse qui lui ouvre généreusement ses titres. 

 

  Puisqu'on parle de médias, la chaîne Arte diffusait dimanche soir « Le Parrain II » (1974), film couroné de sept Oscars. Une belle prouesse que celle de Coppola avec cette trilogie mythique passionnante de bout en bout : au delà de la pluie de trophées consacrant son talent hors pair, le réalisateur a traduit avec un réalisme perçant l'immoralité et la sauvagerie d’un Parrain de la Mafia newyorkaise, fratricide de surcroît, réussissant du même coup à en faire  le héro estimé d’un film culte qui lui vaut la reconnaissance éternelle du Septième Art ainsi qu'une survivance providentielle à travers un jeu Vidéo. Combien d’enfants ont vu ce film violent ? Combien ont joué à ce jeu sanglant ?

 

 

le-parrain-2-playstation-3-ps3-060.jpg

Le parrain II en jeu vidéo PlayStation


 

J’en viens à la Carmen de Chimot affichée en tête du présent article.  Impudique, indécente même, avec ce ventre offert, diront les uns.  Sublime, envoutante, mimant un cite provoquant et sensuel, diront les autres… Les enfants de 12 ans et moins, qui d’un simple clic auront ouvert cette page doivent-ils être réprimandés, mis au piquet, interdits de site… ou plus simplement, doivent-ils être renvoyés aux jeux vidéo bien saignants de leur  chère PlayStation ?  

 

 

Publié dans Antis taurins

Partager cet article

Repost 0