Un coup de pub inutile...

Publié le par vingtpasses

 

 

Par Paul BOSC

 

 

Le papier est paru dans « La Provence », voici quelques jours. Et qui fait la pub pour notre Nîmoise anti corrida : Claire Starozinski. Ne voilà-t-il pas qu’elle a été informée par les parents d’élèves du collège Charlou-Rieu à Saint-Martin-de-Crau de l’existence d’une fresque peinte par des élèves, il y a vingt ans. Le proviseur de l’époque avait demandé à des élèves de la section CNPP, enfants en difficulté scolaire, d’exprimer leurs visions de la Provence et de ses traditions. Un torero exécutant une passe de muleta s’est ajouté à d’autres dessins, naturellement parce que les taureaux de combat et la corrida sont présents dans toute la région arlésienne.


Une fresque dont plus personne ne fait attention et qui d’ailleurs doit disparaître dans la prochaine rénovation des locaux.
En 2012, voilà une image cruelle qui peut perturber nos chers enfants, eux qui passent leurs journées libres à entretuer des guerriers virtuels sur leurs consoles de jeux. Eux qui, en ouvrant la télévision ne voient que des reportages sur les révolutions arabes, sur les guerres en Afrique, en Asie, ou apprennent qu’un gamin de 17 ans est soupçonné d’avoir assassiné un gosse de 15 ans. Eux  qui ont su qu’une gamine de 8 ans a été violée et tuée à deux pas de chez eux, à Bellegarde. Eux qui vivent dans un siècle où la violence est quotidienne.

 


 

index.jpgPhoto nitoo

 


On se demande bien ce que cette pauvre fresque et son torero peut bien évoquer dans leurs esprits. A part Mme Starozinski qui se satisfait d’une pleine page de publicité gratuite dans un quotidien régional et qui ne manquera pas de se vanter d’avoir gagné une bataille, personne dans Saint-Martin de Crau n’aurait imaginé que ce dessin susciterait une telle polémique. Même ceux qui ne sont jamais allés aux arènes, même ceux qui n’aiment pas la corrida et le bon millier d’enfants devenus aujourd’hui adultes qui se sont élevés en passant chaque jour devant le torero incriminé aujourd’hui.


Nous ferions mieux  de veiller à ce que nos enfants apprennent le savoir enseigné au collège, respectent leurs enseignants et parfois leurs parents, sachent se conduire en humain. Dans ce vaste programme, la tauromachie n’a rien à faire. Elle ne fait partie que d’une tradition locale et chaque année, pour la feria de la Crau, des milliers d’enfants de cette commune viennent assister à la Feria des Pitchouns qui contribue à leurs épanouissements.

Publié dans Corrida et Société

Commenter cet article