SANCHEZ-FABRES, la dernière séance

Publié le par vingtpasses

 

868.JPG

 

Un sourire de fierté

 Par Christian FRIZZI

 

Hier, en fin d'après midi, les toros de Juan Sanchez Fabres ont été débarqués dans les corrales de ST SEVER. Sans blessures, sans heurts et avec calme. Tito, le mayoral, est présent, souriant, il parle a ses toros. Le collectif Pedrollen qui a fait le voyage aussi.

Il y a bien nécessité de couper l'ardeur du combat par quelques jets d'eaux bien placés, mais aucune blessure à noter. Au final les toros se reconnaissent et grâce à l'expertise des gens de St Sever tout se passe bien.

….Hier matin, les toros parqués depuis deux jours avec quelques mansos dans un corral naturel a “Pedrollen“  regardent enfin le soleil luire sur la finca toute proche. Le froid est bien présent sur la région de Salamanque mais il fait grand beau. Juan (Juan Sanchez Fabres) parle avec volubilité, mais il semble nerveux... Il me regarde, il a un sourire, un peu fatigué, celui de l'orgueil.

 -      “Regarde, c'est beau un champs vide non?“

Il me montre le pâturage ou il y a peu encore paissaient les huit toros que l'on vient d'embarquer... Et il éclate de rire, il nous montre les journaux Espagnols, l'un d'eux titre: “Le miracle de ST SEVER“ il le répète c'est un miracle...que ces toros ne finissent pas au matadero (à l'abattoir). Maria Cruz son épouse, ne dit pas grand chose, juste qu'il est fier que cette corrida soit lidiée, et qu'elle ne sait pas si il pourra rester dans l'arène durant ce dernier combat...  Il confirme, il me dit de nouveau son amertume, son incompréhension du mundillo actuel, et que c'en est bien fini. Il va vendre encore quelques lots de Novillos à l'école taurine de Madrid...mai plus jamais il n'y aura de corrida et basta..

 Il regarde à nouveau le pré vide, et dans une pirouette, explique que dès que nous serons partis il ira skier, la station est toute proche... il va pouvoir respirer, tu sais c'est si dur d'élever des toros pour rien... Il ajoute qu'il espère qu'il y aura du monde pour voir mourir cet encaste... il espère que la corrida sortira bonne et forte...il rit mais sa gorge se noue...la fumée de sa cigarette sans doute...

 

L'embarquement a été réalisé sans encombre en prenant le temps. Ça y est les huit coquillas sont partis vers leur destin... Nous avons tous un sentiment diffus, mélange de plaisir et de tristesse...  Les Coquillas seront bien en piste à ST SEVER, le 8 Mai, une course pour l'histoire, nous esperons tous que l'arène sera bien fournie, que le public va répondre nombreux, juste montrer que nous savons rendre hommage à ce à quoi nous croyons...

Tout le monde taurin aujourd'hui connait l'histoire de Pedrollen..si en plus c'est un succès et que le public répond présent... On annonce le beau temps, enfin.

Le numéro de téléphone  des réservations le 05 58 85 23 56..

 Pour que le sourire de Juan soit celui de la véritable joie, et de n'avoir pas fait tout ça en vain...et comme il le dit dans un sourire: “qu'ils meurent en musique“... ce serait mérité.

 

Publié dans Le toro

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article