Que devient la Fiesta Brava ?

Publié le par vingtpasses

 

 

 

 

RIMG0004 2

Photo Vingtpasses

 

 

 

Par Corentin Carpentier

 

Si je devais donner une définition de ce qu’est la Corrida, je dirais sans hésiter, c’est la « Fiesta Brava » ! Pourquoi ? Fiesta pour la fête et l’engouement populaire que la Corrida apporte en Espagne et dans nos villes taurines françaises. Et Brava car on parle de la fête du « Toro Bravo » cette bête sauvage, quasi mythique pour le peuple du toro que nous sommes. Le  toro bravo (le public non averti des grandes arènes a tendance à l’oublier) est le protagoniste le plus important de la corrida, celui qui est à l’origine des passions les plus intenses et des sentiments les plus forts. Quand un aficionado parle du Toro Bravo, c’est admiration et peur se côtoient dans ses yeux, face à cet animal puissant, cette montagne de muscles saillants armée d’une paire de cornes impressionnantes et toujours prêtes à frapper celui qui ose se présenter face à lui. Alors, quid aujourd’hui de la fiesta brava ?


Depuis quelques années  maintenant, la nouvelle génération de figuras, a progressivement imposé son modèle de toro idéal. Une bête peu armée, sans fond de caste, en fait une sélection permettant de mettre en valeur, le seul tercio de muleta (on ne peut plus à mon sens, appeler cela un tercio de mort puisque le troisième tercio ne consiste quasiment plus aujourd’hui, [sauf dans quelques arènes irréductibles] à préparer la mort du toro mais à permettre le plus grand nombre de muletazos et l’expression artistique du matador).

Quid aussi de la profession de Matador de Toros ? Tueur de Toros ? On voit bien ces derniers temps qu’avec la présence de nombre de figuras à Quito, cela prouve la tendance d’aseptisation de la Corrida : sans émotion, juste une expression artistique où le toro n’est que le faire valoir d’un homme. L’artistique oui, mais avec une course de toros digne de ce nom, TORO BRAVO, c’est mieux.


Arles, en présentant les élevages de la prochaine la Féria de Pacques, est à saluer, car le Toro est remis au centre de l’arène, et n’est pas (plus ?) réduit à sa simple expression d’accessoire du triomphe du matador. Conde de Mayalde, Miura, Fuente Ymbro, à cela nous pouvons rajouter la ganaderia Laget Jalabert vainqueur du concours toros de France. Espérons qu’à Nîmes, là aussi le Toro, sera de retour, mais pour cela, le dialogue avec les clubs taurins et des aficionados nîmois, doit également faire son retour !

 

 

Publié dans Aficion

Commenter cet article

clement 08/12/2011 14:38

je sais, mais ça faisait parti de la féria comme à dax ou pamplona. et ça aura un impact sur la taquilla, c'est certain

vingtpasses 08/12/2011 14:42



Oui



clement 08/12/2011 13:40

Dans certaines villes, ce ne sont pas les Toros qui manquent (quoique...) mais la "Fiesta". Vic Fezensac annule les fêtes pour 2 ans ... triste sort

http://frontdeliberationvicois.blogspot.com/

vingtpasses 08/12/2011 14:28



Sauf erreur, il ne s'agit pas de la "fiesta" au sens que vous l'entendez... A Vic, on a simplement supprimé (provisoirement) la "3ème mi-temps" qui est aussi la fête des commerçants. C'est sans
doute regrettable, mais sans impact majeur sur la corrida elle-même, vue du côté de l'aficion.