Ode à Christian

Publié le par vingtpasses

 

 

Divers-chargement-6469_2.JPG

Photo Vingtpasses

 

 

Recuerdo

 

 

Christian s'en est allé

Il fait froid dans nos cœurs.

 

Paseo solitaire

sable pailleté d'or

d'une arène là-bas où la peur n'a plus cours.

 

Pañolero l'attend

le toro gris qui l'a fauché

comme on coupe une fleur...

 

En Arles où sont les Alyscamps

point de douceur des choses

certain soir de septembre.

 

Qu'il était beau le torero dans la lumière rose de l'été finissant !

Nous, ses amis, sommes restés

longtemps

sur les gradins déserts

loin des bruits de la fête

tendus vers les espoirs les plus fous

insensés.

 

Tous nous avons bercé

de belles certitudes habillées de chimères

et nous avons tremblé de le revoir jamais..

 

La vie recommençait.

 

Les cornes de l'absurde

ont lacéré son âme

plus que son corps blessé...

 

Christian s'en est allé.

Il fait froid dans nos cœurs...

 

¡ Hasta siempre torero !

 

 

à Christian Montcouquiol Nimeño II

 

Georges GIRARD, novembre 1991.

Publié dans Poèmes

Commenter cet article

JMS* 01/06/2013 10:52

Je suis ému en lisant ce poème, mon frère aller à l'école avec Christian... et j'aime la corrida moi aussi.

Un bien bel hommage.