Nîmes, Ville Taurine

Publié le par vingtpasses

 

 

 

Divers-chargement 6465

 

 

Par Corentin Carpentier, président des JEUNES AFICIONADOS NIMOIS.

 

 

Depuis fin 2010 et cette fameuse initiative de la municipalité nîmoise ; Nîmes a reçu l'appellation ville Taurine dans le but bien sûr, et au-delà de l’aspect symbolique, de préserver et défendre les traditions et la culture, se déroulant autour du Taureau, DES Taureaux dans notre ville. Alors la question que je me suis posé aujourd’hui, Nîmes est-elle vraiment une ville Taurine ? Bien évidemment oui, et je vais tâcher de vous expliquer le fond de ma pensée…

 

Il n’y a qu’à citer nos deux Férias, de Pentecôte et des Vendanges, évènements majeurs attendus de tous les nîmois pour se rendre compte de cette passion du Taureau, DES Taureaux  qui rythme la ville durant ces Férias. Mais en dehors des férias, Nîmes vit et respire la tauromachie 365 Jours par an grâce à ses clubs taurins. En effet, tout au long de l’année, conférence, soirées à thèmes autour de tapas de bons vins, tientas en privée, fiestas camperas, et voyages au campo, rythment la vie des Aficionados nîmois

 

Ainsi, passé le mois de Septembre jusqu’en Avril et la reprise de la temporada, Nîmes bouge autour de ses clubs taurins. La Coordination des Clubs Taurins de Nîmes et du Gard est ainsi l’exemple le plus  significatif de ce dynamisme avec 28 Clubs Taurins en son sein, et de nombreuses manifestations taurines organisées résultent. Le Cercle Taurin Nîmois, les Amis de Pablo Romero, les Jeunes Aficionados Nîmois, pour ne citer qu’eux, en sont les principaux artisans avec une manifestation chaque mois durant l’hiver, et qui ont eu d’ailleurs la très bonne idée de ne jamais se dérouler le même jour ! Avec l’invitation de personnalités de premier rang (taurinos, artistes dont les œuvres sont liées à la tauromachie, groupes de Flamenco ou Gypsy’s), toute la panoplie culturelle de l’Aficion a los toros est présente à Nîmes durant la trêve hivernale dans une ambiance conviviale, aficionada, et nîmoise ! Un bon moyen d’améliorer sa culture taurine, et d’apprendre à mettre des mots sur notre passion.

 

Je pourrais citer comme exemple, le Club Taurin des Jeunes Aficionados Nîmois, plus jeune club taurin à Nîmes, il a pour but, une fois par mois, de mettre à porter de tous, la tauromachie auprès de ceux qui aimeraient en connaître plus sur ce qu’il se passe dans l’arène, qu’ils soient jeunes, ou plus âgés. Pédagogie donc !

 

A Nîmes, la transmission se fait dans l’explication du non-sens de la dichotomie toriste / toreriste*. Car en effet, relever de l’une ou l’autre catégorie est peut-être affaire de goût, de penchant, de sensibilité, voire de culture, mais sans doute pas de compétence. Sans compter que beaucoup d’aficionados, parmi lesquels de nombreux nîmois, refusent de trancher ce débat stérile et vont sereinement goûter les plaisirs de corridas, tantôt toristes, tantôt toreristes.

 

Plus de 100 ans d’histoire et de tradition taurine, un patrimoine culturel important, un tissu associatif très dense : il y a à Nîmes une trentaine de clubs taurins actifs, un musée des cultures taurines, une école tauromachique réputée, et de nombreux prácticos.

 

Tous ces exemples sont donc autant de choses qui prouvent que Nîmes est taurine, et majoritairement grâce à ses clubs taurins, à cette Aficion qui respire la passion, à cette Aficion qui, tant qu’elle vivra, permettra à la Culture du Taureau de prospérer.

 

Il se dit même que les Clubs Taurins à Nîmes, ont une telle influence que, même si ils ne peuvent pas faire gagner une élection, ils peuvent la faire perdre…

Publié dans Aficion

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jlg31 04/02/2012 09:44

Bonjour, evidement que Nimes est une ville taurine un petit bonjour au amis de pablo a++++++++++++

GIRARD Georges 02/02/2012 16:58

Ne pas oublier "Les Avocats du Diable", Marion Mazauric et Jacques-Olivier Liby pour ne pas les citer, qui, chaque mois organisent des rencontres-lectures ciselées, souvent "punteras" en des lieux
inédits, autant d'occasions pour les aficionados en littérature de respirer "de toros" et de lever leur verre en compagnie de grandes ou de moins grandes "plumes" autour de quelques mets qui
fleurent bon l'Espagne que nous aimons.

Un des leurs,

Georges GIRARD