La tristesse durera toujours

Publié le par Dominique VALMARY

 

Y.CHARNET

 

Le dernier ouvrage publié par Yves Charnet n’est consacré ni à la tauromachie encore moins à la corrida alors pourquoi en parler sur un site taurin ?

C’est d’abord une évidence puisque son appétence pour  notre passion est de notoriété publique, lui qui a publié ces dernières années Lettres à Bautista et Miroirs de Julien. Mais surtout il sue la sincérité et l’authenticité au fil des mots et des pages.

Enseignant-chercheur à Supaéro,  issu de Normale Sup, Yves Charnet est chargé d’inculquer les arts et cultures aux futurs ingénieurs. Dans cet ouvrage - la tristesse durera toujours - en référence à une phrase de Vincent Van Gogh, il décide d’exorciser  la  plaie désormais avouée de son enfance et son attachement profond à Madame G, l’amie de sa mère qui en a fait son fils de substitution. Un livre d'écorché vif, impudique avec lui même et ses proches, un livre, ce « navire en perdition », participe à sa thérapie; la psychanalyse frappe toujours... Subtilement il distille en filigrane quelques rappels de son aficion, comme la bouée de sauvetage qui l’extrait de ses difficultés de vie sentimentale et de ses difficultés de père. Contrairement à une faena qui ne se conçoit que structurée par le rituel de son déroulement ce livre est surprenant dans sa construction en ce qu’il évoque de manière totalement désordonnée cette galère rétrospective et névrotique qui percute son actualité pour lui vide de sens.  La corrida est ce qui lui permet de s’évader de ce « pèlerinage pour rien », lui qui se dit « écrivain-matador »,  utile  aussi puisque son adversaire du jour présente beaucoup de genio.

Yves CHARNET La tristesse durera toujours. Editions La Table Ronde. Janvier 2013. (170 p).

Publié dans Lectures

Commenter cet article