LA BANDERILLE

Publié le par vingt passes, pas plus...

 

Encore un petit poème d'Emile REINAUD de l'Académie de Nîmes (1854-1924)

 

 

corrida08.jpg

 

LA BANDERILLE

Une autre suerte
Comme un jouet
Nous est offerte :
D'un air coquet
Notre quadrille
Va décocher
La banderille
Au dard de fer.
L'homme s'arrête
Froid, solennel,
Cite la bête
Par un appel ;
Mais il s'élance,
Lui-même en cas
De résistance,
Et soit au pas
Soit al relance
Soit al quiebro,
Avec aisance
Le torero
Vous la décore
D'un bâtonnet
Multicolore
A double effet.

 


 

Emile REINAUD

Poésies : Aux Arènes de Nîmes - 1906

Publié dans Poèmes

Commenter cet article