"Gran depresión"

Publié le par Charles.CREPIN

 

L’autre soir chez Pablo, Jaime de Pablo Romero répondait sans langue de bois aux questions des aficionados de son rincon préféré.

-    Morante de la Puebla sur les traces de Curro Romero ?
Jaime tranche la question, sans faire dans la dentelle : Morante n’est pas Curro… et ne le sera sans doute jamais.

Je vous passe les détails. Curro est inimitable,  irremplaçable, immortel…



-    La crise et les éleveurs, la disparition de ganaderias et d’encastes ?
Jaime donne deux repères. En 1986, naissance de 6000 machos dans le campo bravo. L’année dernière, 26 000 !   Ensuite,  depuis l’époque de son arrière grand père jusqu’à nos jours, Pablo Romero a toujours lidié 8 corridas par an. Pas une de plus. Ses toros ont toujours disposé chacun de 4 hectares de pâturages avec de la bonne herbe.

Élémentaire. Si tout le monde avait fait comme Pablo Romero, les élevages ne connaitraient pas la crise.



- Les cachets mirifiques des figuras dans le contexte de la crise ?
Jaime n’est pas choqué. D’ailleurs, il ne connaît aucune empressa de grande arène qui refuse de donner 300 000 € à José Tomas. Le problème est ailleurs.

Oui. Le plus choquant, c’est le  medio toro bonito, en face des cachets en question.

Publié dans Aficion

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article