Et pourtant, des toros, il y en a !

Publié le par vingtpasses

 

Par Paul Bosc

 

Les images qui nous arrivent de la feria de Séville sont terribles. A chaque jour, l’aficionado  subit sa peine de voir des élevages illustres se trainer sur le sable ocre de la Maestranza. Qu’ils se nomment Fuente Ymbro,  Victorino Martin,  Ventorrillo, Daniel Ruiz,  Victoriano del Rio ou  Garcigrande  et même Cuadri, rien ne va plus au royaume de la fiesta nacional et du toro brave.


Pourtant, après un voyage  dans diverses ganaderias de Castille y Leon, dans la région de Salamanca puis en Extramadure nous en avons vu des toros. Et des beaux ! A commencer par Los Bayones où Cantino, le toro indulté par Antonio FERRERA en 2008 à Châteaurenard sème sa graine. Ou bien dans la seule ganaderia gérée par une municipalité, la ganaderia Rollanejo d’encaste  Raboso Aldeanueva à Cubo de don Sancho ou encore la ganaderia  Salayero Monje à Castillejo de Martin  Viejo. Et ensuite en Extramadure  pour visiter la ganaderia Guadalest et celle de San Martin y Hernandez Pla et enfin dans une des plus modernes ganaderias à Oliva de Plasensia chez Antonio Lopez Cibaja. Notamment chez Los Bayones, un berrendo  terrifiant qui avait l’oeil sur tous les déplacements du cheval du mayoral mais aussi sur le tracteur qui nous emmenait dans le campo.  Ce tío n’hésitait pas à montrer son autorité, sa supériorité et sa férocité.  

 

 

Coria 04 2012 165Photo André COSTE


Notre réflexion a été commune : qui voudra d’une bête comme celle là ? Quel veedor acceptera d’embarquer ce genre de toro ? Quel torero actuel acceptera de le toréer ? Certes Los Bayones, ce n’est pas du sang Domecq, mais Lisardo Sanchez. Pas plus que Hernandez Pla,  de lignée Santa Coloma  mais Guadalest s’approche de la grande famille Domecq  comme Salayero Monje et la toute récente ganaderia d’Antonio Lopez Cibaja créée en 2000 sur une propriété ultra moderne où tout a été pensé et réfléchi  pour le meilleur rendement des travailleurs et bien évidemment des vaches et des toros, et qui  s’orientent vers l’élevage dominant de la tentaculaire famille andalouse. Mais ces ganaderias ne parviennent pas à vendre leurs bêtes qui terminent souvent leurs vies dans le dédale des rues des pueblos. Ceux-là sont âgés, ont des cornes en pointe, pèsent lourds et sont dangereux. La jeunesse de Coria les affronte pour la San Juan comme dans d’autres villes et villages d’Espagne. Pas les toreros. Ce qui est quand même leur métier !


Certes ces quelques élevages ne sont qu’un brin de paille, une chiure de mouche, un grain de sable dans l’immensité des ganaderias espagnoles mais on aimerait tant que les directeurs d’arènes  aillent voir dans ces petites ganaderias perdues dans le campo  de Castille ou d’Extramadure, parmi les chênes, ces toros de combat authentiques et proposent autre chose que les sempiternels élevages pour vedettes. Pour que la corrida redevienne ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être : un combat.

 

 


Publié dans Le toro

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

manolo 27/04/2012 19:16

Pour voir des toros ,autres que ceux que les figuras "affrontent",et des hommes pour se mettre devant, il n'y a qu'une adresse en France :le Sud Ouest, surtout les petites
arènes.Raso del Portillo,Texeira,F.Pahla,Moreno da Silva...

manolo

manolo 27/04/2012 19:06

Ne rêvons pas.Quelle figura(?)accepterait de toréer les Hernandez Pla tels que ceux qu'on a pu voir il y a quelques années à Céret et qui avaient mis le cheval Quick de Bonijol à l'envers ? Quelle
figura accepterait de toréer un Maria Luisa tel que ce magnifique Clavel Blanco plein de force , de caste et de noblesse d'il y a deux ans à Arles ? Toros incompatibles avec la gestion d'une
carrière de figura.Ils ne sont que trop peu à vouloir faire l'effort et certains,Bautista notamment, méritent le respect.Les autres ...Il n'y a qu'à voir Castella à Séville .N'oublions pas
cependant qu'il est impossible d'être "dans "le toro.La présentation,l'allure,le trapio, OK mais la force et la caste ?Comment savoir ? Même si nous savons tous que la plupart des élevages pour
vedettes sont des garanties de faiblesse,de mauvaise présentation,souvent indigne comme le premier(novillo)de Manzanares il y a quelques jours lors de sa Puerta del Principe ,et de noblesse
abrutissante.Tout est dans les mains de l'aficionado .Il n'y a pas que les figuras dans la tauromachie. manolo