ÉLOGE DE LA DÉMOCRATIE

Publié le par Charles CREPIN

 

En démocratie, la contestation doit s’exprimer librement, quand bien même elle brave les interdits, conteste le droit, enfreint les lois, bafoue les libertés. La contestation, même violente, n’a en général d’autre fins que de faire entendre une revendication. Naturellement, le dialogue est le moyen d’identifier les fondements de la revendication. C’est même la base indispensable d’une solution satisfaisante, préalable aux mesures contraignantes et aux sanctions qui viennent ensuite. Nous mêmes, aficionados, ne préserverons nos libertés et nos traditions qu’en les enracinant sur les principes de la démocratie.

 

 

Divers-chargement-8545-copie-1.JPG

 

Dans ce sens, les consuls siégeant au palco de Rodihan auraient pu laisser s’exprimer la contestation des antis taurins, leur donner du temps, et tenter d’obtenir leur départ volontaire après qu’ils se soient par eux-mêmes débarrassés des chaines dont ils s’étaient entravés. La finale du trophée « GRAINES DE TOREROS » aurait dû en conséquence être reportée de quelques jours.  

En toutes hypothèses, les organisateurs auraient ensuite assigné les contrevenants devant un tribunal et auraient demandé réparation des préjudices subis. Les autorités compétentes, fortes de cette expérience auraient sans doute enfin réfléchi aux risques de dérapage auxquels peuvent désormais conduire de telles provocations en l’absence d’une prévention adaptée, d’un contrôle aux entrées, et d’une force significative dédiée au maintien de l’ordre public. Bref, toutes actions qui permettent de rappeler à chacun que la corrida est légale en France et que le droit est de notre côté, sans que nous soyons contraints de nous substituer aux forces de l'ordre pour dégager le ruedo.

Au lieu de quoi, les antis taurins, grâce à leurs méthodes pitoyables, sont tristement parvenus à déclencher par leurs provocations calculées au millimètre la réaction violente de quelques spectateurs insultés, exaspérés, et impuissants à maîtriser leurs nerfs malgré les appels à la retenue de la plupart des responsables de l’aficion, espérant faire ainsi porter la responsabilité de cet épisode consternant par la communauté des aficionados toute entière. Le monde à l’envers, en somme ! En cela, les antis taurins peuvent compter sur le quotidien MIDI LIBRE qui  ce matin fustigeait l’ensemble des aficionados par ce titre accrocheur : Injustifiable, un rien perfide et peu soucieux de faire la part des choses .

Cette situation est dangereuse. L’aficion doit impérativement construire à son tour une stratégie rationnelle et volontaire permettant notamment de prévenir les risques de dérapage espérés par les antis taurins et de  reprendre l’initiative. Dans le cas contraire, les provocations viendront à bout des meilleures résolutions et les aficionados, perdant l’initiative, seront simplement confinés dans la réaction, ici résignée et passive, là incontrôlée et violente. A ce jeu, l’aficion a beaucoup à perdre.


Publié dans Corrida et Société

Commenter cet article

FRIZZI 13/10/2011 08:29


La liberté des uns s'arrête ou celle des autres commence...
la connerie des antis....manifestement ...non.


Christian LE SUR 12/10/2011 20:34


Une fois encore je partage ton point de vue !

Cris'


GIRARD Georges 12/10/2011 19:28


Joli ! Je crois, en définitive, que le silence étant le meilleur des mépris, il importe de ne pas donner plus d'importance que ça aux actions d'une minorité, agissante certes, mais incohérente dans
ses revendications et totalement vaine au niveau de la loi. Ne pas céder à la provocation, la réduire à ce qu'elle est : Le fait de quelques exités un brin névropathes. Il y en a toujours eu, il y
en a partout : Sur les routes, dans les stades, dans les files d'attente... Les ignorer, poliment s'entend, mais les ignorer. Un jour ils iront tout seuls à la faute. Là, il ne faudra pas les
manquer ! Il est plus que jamais urgent d'attendre et laisser du temps au temps, sans jamais perdre de vue que ces zozos sont un danger pour la vraie Démocratie. Vous voyez, je me suis calmé, non ?
GEORGES.


vingtpasses 12/10/2011 19:30



C'est réconfortant !



Alain Bourges 12/10/2011 19:08


Vous avez parfaitement raison. C'est ce qui aurait dû se passer. Mais les provocations, depuis des années, des anti-taurins, ont fini par faire déborder la coupe. C'est d'autant plus dommage que
c'est précisément le but recherché par ces provocateurs. Votre appel à une réaction mesurée et concertée est la seule voie possible.