BRINDIS

Publié le par Charles CREPIN

 

DSC_5444.JPG

 

BRINDIS

Mais de lugubres sonneries
Ont gémi dans les galeries ;
Le matador, l'épée hors du fourreau,
S'avance grave, tête nue :
« Au Président je brinde ce taureau,
Je le tuerai, s'il ne me tue. »

 

 

 

Emile Reinaud - 1906

Publié dans Poèmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article