Belles journées de pure aficion

Publié le par Paul BOSC

 

 

 

2013-03-10-336.JPG

Photo C. CREPIN

Comment ne pas avoir des frissons, la chair de poule, dans les yeux des larmes de plaisir, du pur bonheur en quelque sorte, quand on voit un novillo s’élancer sur toute la longueur de la piste, au galop, vers un cheval et un cavalier armé d’une pique ? Et cela six fois de suite, après quatre rencontres plus classiques sans sourciller, sans meugler, sans rechigner. Pour corser l’épreuve, l’éleveur a même fait ouvrir la porte du toril laissant au taureau le choix de rentrer à l’abri ou d’aller affronter une fois encore le picador. Que croyez-vous qu’il fit ? Combattre, encore combattre. La gueule fermée,  il est allé ensuite s’enfoncer dans les plis d’une cape, puis d’une muleta, chargeant inlassablement cette cible mobile et insaisissable.  Et même après une faena de muleta des deux mains de Sanchez Vara, il a tenu à se bagarrer encore une fois avec le piquero. Un vrai moment de bonheur pour les jeunes aficionados… (quand on aime on a toujours vingt ans !) qui emplissaient les arènes de Saint-Gilles dimanche matin pour un tentadero exceptionnel de l’éleveur portugais Joao Folque de Mendoza, propriétaire du fer Palha.

Printemps-2013-2059-bis.jpgPhoto JL GELAS

Les trois matadors : Stéphane Fernandez Meca, Victor Mendes et Sanchez Vara manipulant une branche d’olivier, une cape ou une muleta ont su animer parfaitement cette matinée exceptionnelle avec les machos de  cet élevage mythique. Certes, tous les novillos testés (8) n’ont pas eu la même classe mais beaucoup possédait cette caste, cette noblesse, cette bravoure, cette méchanceté que les aficionados cherchent, recherchent, lassés de voir des taureaux clonés qui n’offrent plus aucune émotion.

Dans l’après-midi, une novillada sans picador réunissant quatre jeunes toreros et quatre ganaderias différentes débutait sous l’orage qui a fait réfugier le public, venu nombreux, vers les galeries abritées des arènes Emile-Bilhaud .

2013-03-10-361.JPG

2013-03-10-379

Photos C. CREPIN

Soto Garcia était opposé  à un Pierre-Marie  Meynadier ;  Sofianito reçut le plus noble exemplaire de cette course avec un Palha applaudi à l’arrastre ; Javier Marin dut se battre avec un Laget (Jalabert) difficile et le Portugais Pedro Noronha le novillo de J.F. Turquay. C’est Sofianito qui fut récompensé  triomphateurs du 6e Printemps des jeunes aficionados et Javier Marin reçut le trophée Paul Ricard.

2013-03-10-394

2013-03-10-408.JPG

Photos C. CREPIN

Mais des surprises, il y en eut encore notamment samedi matin avec la tienta de deux novillos de Pagès Mailhan.

Un novillo de Pagès-Mailhan signe le début du Printemps

Le printemps est arrivé ! Le Printemps des jeunes aficionados, bien sûr, le sixième du nom pour être précis. Toujours dans les arènes  Emile-Bilhaud, ouvertes gratuitement pendant deux jours avec pour noble objectif de faire connaître la tauromachie, sous tous ses aspects, petits et grands. 27 clubs taurins  y adhèrent avec une foi et une passion incommensurables et réunis par la Coordination des clubs taurins  de Nîmes et du Gard.

2013-03-09-196.JPG

Malgré la pluie matinale, malgré les vacances scolaires, malgré la multitude de choses à faire  un samedi matin, malgré la concurrence d’autres loisirs, ils étaient là les aficionados, groupés sur les gradins pour assister à une expérience originale et qui a été fort appréciée : la tienta de novillos de Pagès-Mailhan par Camille Juan et Mathieu Guillon « El Monteño » équipés d’un micro afin de commenter en direct leurs lidias personnelles et de partager leurs avis avec les éleveurs et Stéphane Fernandez Meca, le parrain de cette manifestation.

2013-03-09-246.JPG

Photos C. CREPIN

Si Camille Juan a hérité d’un novillo exceptionnel tant  par sa bravoure face au cheval,  que par sa noblesse, chargeant tête basse sur chaque sollicitation du torero, Mathieu Guillon a su, lui, s’adapter efficacement face aux difficultés que présentait l’adversaire complètement différent du premier. Les éleveurs et les toreros ont été longuement applaudis à l’issue de cette tienta et commentés ensuite pendant la dégustation de tapas et de vins des Costières de Nîmes.L’après-midi était consacré à des ateliers divers puis par la participation des élèves des écoles taurines face à des vaches des mêmes éleveurs camarguais.

2013-03-09-265.JPG

Le bilan est donc plus que positif pour la Coordination des Clubs taurins de Nîmes et du Gard qui pourrait, peut-être, prolonger ces belles journées tout au long de l'année, en délégant à chaque club l'organisation d'autres journées pédagogiques. 


Publié dans Aficion

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article