Autres émotions...

Publié le par Paul Bosc

José Tomás a laissé son empreinte sur le sable de l’amphithéâtre romain. Une empreinte historique, qui bat celle de El Cordobes (2 oreilles, la queue et la patte) en 1964 ou celles de Paco Ojeda en 1983 (5 oreilles en deux corridas).

Toutefois quand on ouvre le tiroir aux souvenirs, le torero de Galapagar, dont les premiers pas avaient été guidés par Victorino Martin, un parent, fut remarqué par l’aficion dès ses premières prestations.

A Nîmes, on se souvient de la novillada du 3 juin 1995 où l’Arlésien Antoni Losada avait triomphé superbement en coupant 2 oreilles et la queue d’un novillo de Guadalest après une faena d’une grande suavité, empreinte du duende gitan que Curro Caro lui a transmis.  Mais malgré cette sortie triomphale porté à hombros jusqu’à son hôtel, c’est José Tomas qui a remporté la Cape d’or de la peña Antonio Ordonez en coupant ce matin-là 3 oreilles. Luisito défavorisé au sorteo ne coupant qu’une seule oreille.

Dans une chronique de l’époque le revistero Roland Massabuau, écrit à propos de Tomas : « ce torero est impressionnant de quiétude, de classe et de décision ».

Quelques semaines plus tard, le 8 août pour la feria de la Madeleine, c’est dans une novillada de Maria Perez de Varga Guardiola emmenée par le célèbre mayoral Luis Saavedra que José Tomas sera au paseo avec à nouveau Luisito et Luis Miguel Encabo. Etonnant choix que cette ganaderia pourtant réputée difficile, mais ce n’est pas lui qui devait choisir ses toros à cette époque !

Autre souvenir. Sa présentation dans les arènes d’Arles : le lundi 31 mars 1997 avec les deux plus grands toreros du moment Joselito et Enrique Ponce et des toros de Domingo Hernandez. Joselito n’avait pas forcé la note à son premier et Enrique Ponce venait de couper une oreille. José Tomas de vert et ors vêtu, mit une sacrée claque à ses compagnons lors de sa faena, à tel point que les deux toreros vedettes se sentirent piqués dans leur amour propre.

Joselito sortit alors le grand jeu face à un toro extrêmement difficile et coupa 2 oreilles ; Enrique Ponce ajouta un nouveau trophée à son palmarès et les deux toreros sortirent par la grande porte ; José Tomas subit une voltereta et ne put s’imposer.

Mais il avait marqué sa présentation.

Publié dans Coup de chapeau

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article