Aficion et libres propos

Publié le par Charles CREPIN

 

 

Pour tout aficionado, écrire et transmettre est un droit, non ? En cette période de post débat catalan, je doute que certains secteurs de l’aficion soient atteints de crispation latente comme le suggère un éditorialiste bien connu. Je doute aussi qu’il faille entendre dans le discours des bloggeurs les élucubrations venimeuses de quelques penseurs, pour en déduire en conséquence que leur lecture est inutile et leurs échanges malsains. Cette façon de s'exprimer n'est-elle pas précisément un tantinet venimeuse ? Et s’il est bon effectivement d’avoir des idées et de les défendre, il serait tout aussi judicieux d’élargir ses points de vue vers des opinions plus tranchées, motivées par une passion sincère en quête d’authenticité et déconnectées du politiquement correct. Elucubrations venimeuses ou propos pleinement respectables, autant que bien d’autres plus convenus ? Sans compter qu'ils constituent un contrepoids aux dérives de la corrida moderne, niant la chimère du « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil » dont les taurinos sont si friands qu’ils vont bientôt l’immortaliser dans une belle photo de " famille "...


Les bloggeurs parlent fort. Et alors ? Ils doivent se faire entendre, qu’ils rappellent avec persévérance et réalisme les fondamentaux de la tauromachie, qu’ils remettent l’art à sa vraie place, fut-il somptueux et gratifiant pour tous, ou surtout qu’ils replacent au premier plan les valeurs incontournables que sont la bravoure, la noblesse et la loyauté du combat. Peut-on alors nier la pertinence de ces discours trop tranchés au goût de certains ? Peut-on décréter leur inutilité dans le concert des partisans de lieux communs qui ferment les yeux et acquiescent aux dérives de la corrida, accompagnant  insidieusement la dégénérescence programmée de la race brave ? 

 

Bloggeurs impénitents, n'écoutez pas vos détracteurs, et continuez d’écrire !


Publié dans Aficion

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article