Division d'opinions

Publié le par Vingtpasses

 

 

 

Par Charles CREPIN

 


 

Passionnée ! D’une passion revendiquée, inattaquable, militante. D’une passion portée par une grande force que les dérives actuelles ou les assauts de ses adversaires n’abattront jamais. On la sent profondément pénétrée par le poids de la tradition, de ses  racines, de sa culture. Marquée par le souvenir d’après-midis gravés dans sa mémoire, par l’émotion puissante ressentie instinctivement ou contenue par sa lucidité et sa connaissance du sujet. 

 

Pas d’accord ! Pour lui, ce spectacle, ou ce qu’il en a vu une ou deux fois, comme ça, n’est pas acceptable, pas « politiquement correct ». Il est donc contre, mais n’en parle pas, par amitié, par courtoisie, par sagesse. Guetteur silencieux de nos comportements et témoin de notre passion, pour lui énigmatique, son avis serait pourtant de nature à modérer notre zèle parfois envahissant.

 

Je sais tout ! Voila un spécialiste de haut vol. Il a tout vu, tout lu. un vrai pro. Sa science est telle qu’il l’étale en couches épaisses dans les palabres et les discours d’initiés. Vulgum pecus, passe ton chemin ! Car, sentencieux, il prend d’ordinaire le contre-pied d’opinions plus modestes. La génération suivante profitera assez peu d’une expérience si chichement partagée, d’un panache qui monte, tel un feu d’artifice … et retombe en fumée, évaporé. Dommage !

 

Arrogant ! Lui, il prétend nous couper de notre culture, de nos traditions, de notre passion. Il en éprouve une telle aversion que toute discussion serait vaine. Son niveau de référence au problème est définitivement incompatible avec le nôtre. Une montagne nous sépare. Son impuissance à nous respecter lui fait très vite hausser le ton, le rend provocateur, agressif, parfois violent. Bref, il nous hait ! De la sorte, ses arguments perdent de leur force dès lors qu’il est confronté à une opposition cultivée, organisée, mesurée. Sans doute, au fond, n’a-t-il jamais imaginé que la vie et la mort sont les deux faces d’une nature dans laquelle cet animal indomptable, dont il ignore tout, trouve sa grandeur et un destin bien au dessus de celui, misérable, réservé à son lointain  parent.




« La passion doit être punie »

- Ah oui ? Quel est le con qui a dit ça ?

Philippe Sollers - Passion fixe

 


Publié dans Corrida et Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article