TEMPORADA 2009. Passage du premier grand col

Publié le par Frédéric PASCAL

 




LA CHRONIQUE DE FRÉDÉRIC PASCAL
 

 

Dans le tour d'Espagne, que les figuras s'imposent chaque été, la feria de Pamplona est une difficulté majeure, tant par la présentation de son bétail, que par les particularismes de son public. L'ascension de ce premier grand col a fait de gros dégâts, blessures et voteretas violentes n'ont pas manqué, touchant, du reste, autant les subalternes que les maestros. Lors des sept premières corridas une majorité de toros a fait preuve de « genio » et rares sont ceux qui ont collaboré. Au bilan, il ne s'est coupé que sept oreilles sur quarante deux combats, ce qui illustre bien la sélectivité de cette première partie du parcours. Dans le peloton des toreros El Cid a été éliminé sur blessure et quatre baroudeurs de la jeune génération, Miguel Tendero (1 oreille), Ruben Pinar(2 oreilles) et Daniel Luque, ont réalisé une belle échappée favorisée par les deux seuls meilleurs exemplaires de la corrida de Jandilla, qui échurent à Ruben Pinar. Castella (1 oreille) et Manzanares sont restés coincés dans un groupe de poursuivants du fait des difficultés de la corrida de El Ventorillo. Les corridas d'Alcurucen, Cebada Gago, Dolorés Aguire (à l'exception du toro « Cantinillo », auquel fut attribué le prix du meilleur toro de la feria), Miura et Fuente Ymbro retardèrent les autres concurrents. Ce n'est que dans le faux plat offert par la bonne corrida de Nunez del Cuvillo que se détachèrent les trois triomphateurs, En effet, ce n'est que lors de la corrida de clôture, que trois des favoris, Morante de la Puebla, El Juli et Perrera, ont coupé un total de six oreilles soit presque autant que lors des sept spectacles précédents. El Juli confirme son grand moment, intelligent et inspiré, il trouve toujours le moyen de triompher. Perrera, qui semblait patiner, repend sa marche en avant.  Castella défend sa position, mais sans crispation, ce qui lui permet de s'exprimer avec plus de sensibilité. L'atypique Morante s'arrime à tous les toros et signe des œuvres pour l'histoire, techniques et lourdes de sens.  La percée des trois jeunes est la bonne surprise de cette première partie de temporada, Il faudra confirmer pour Pinar, qui semble porté par la chance au moment du sorteo, mais Tendero et Luque ont d'ores et déjà fait valoir des  arguments moins conjoncturels. La feria de Bilbao, le prochain grand col, se profile à l'horizon. Entre temps la compétition se joue en plaine, dans les ferias d'été, notamment en France, où après Mont de Marsan, viendra Bayonne, Dax et Béziers.

 

 

Publié dans Chroniques

Commenter cet article