CORRIDA, COJIDA ET CORNADA...

Publié le par jean-Yves BAUCHU - Chirurgien, médecin des arènes de Nîmes


 

 

 

 

 

 


Appelons les choses par leur nom et nous nous comprendrons mieux.

 

Le varétazo.

Le coup de plat de corne est une lésion par contusion directe sans pénétration.

La trajectoire du coup de corne est oblique, tangentielle, glissant ou heurtant la peau.

Les lésions qui en résultent peuvent aller de la simple contusion, à l'hématome collecté ou à la rupture de l'organe surtout intra-abdominal. Le diagnostic des lésions est grandement facilité par l'échographie. On parle de varétazo sobre sangre lorsque la peau est intacte et les lésions uniquement internes, et de varétazo con sangre lorsque la peau est contuse, éraillée, écorchée ou brulée par le frottement.
 

Le puntazo.

Le coup de pointe est une lésion due à l'extrémité distale de la corne.

C'est une plaie superficielle peu pénétrante, entrainant des lésions de la peau et du tissu graisseux sous-cutané à l'occasion d'un coup de corne peu appuyé, entrant et sortant immédiatement. Il n'y a donc qu'une seule et unique trajectoire. On parle de puntazo corrido lorsque la plaie a une forme allongée, en estafilade. Le traitement chirurgical se fait après nettoyage et désinfection de la plaie par suture des bords, avec ou sans drainage. Le pronostic est bon et l'incapacité à toréer courte voire nulle.
 

La cornada.

Le coup de corne est une lésion due à la pénétration d'une partie ou de la totalité de la corne. C'est une plaie pénétrante profonde entrainant des lésions de la peau, des muscles, des tendons, des vaisseaux ou des nerfs, des organes digestifs, thoraciques...

La corne blesse à la fois comme une arme blanche (elle coupe), comme une arme à feu (elle brûle, elle déchire et elle arrache) et comme une arme contendante (elle distend et explose). Le taureau peut appuyer son coup de corne et aggraver les lésions ou soulever le toréro, le faire basculer par des coups de tète, entrainant des mouvements de va-et-vient ou de fléau. Pour un seul orifice cutané, il peut y avoir plusieurs trajectoires dans les plans profonds. On parle de cornada limpia lorsque les lésions profondes sont bénignes ou sans conséquences. Le traitement comporte une lutte contre l'infection par nettoyage de la plaie, désinfection et antibiothérapie, une exploration soigneuse de toutes les trajectoires, une réparation des lésions et un drainage volontiers multiple.

Ces trois types de lésions ne sont ni exhaustives ni limitatives. Elles peuvent être associées, ou compliquées par un traumatisme crânien, thoracique, abdominal. Enfin, la multiplicité d'armes coupantes : épée, puntilla, banderille et autres couteaux est une source de plaies fréquentes à bien connaître par le chirurgien des arènes.

Photo elmundo.es 

 

 

 

 


Publié dans Termes taurins

Commenter cet article