AGUANTE

Publié le par charles CREPIN.


AGUANTE,  une philosophie de la « résistance »  

« Un taureau vous fonce dessus. Vous fuyez. Normal : vous êtes homme, après tout. Un taureau fonce sur un torero. Il demeure où il est. Normal : il est torero, après tout. Cette attitude torera, consistant justement à ne rien faire - ne pas fuir, ne pas reculer, ne pas rompre, ne pas ciller -, c’est ce qu’on appelle     l’aguante ».  

Francis WOLFF -  Philosophie de la corrida. Éditions Fayard. 


De fait, il s’agit bien, pour le torero, de tenir, courageusement, quoi qu’il arrive, un terrain où il a choisi de se positionner. De le tenir à la limite des cornes, à la limite du possible, et parfois du supportable, en oubliant son corps. Paco Ojeda a pu parfois nous donner l’impression qu’il avait le pouvoir d’hypnotiser le toro dont la corne tape doucement le mollet, s’arrête, puis le contourne en poursuivant sa charge. Paco n’a pas bougé… Quant à  José Thomas, il dit qu’il «laisse son corps à l’hôtel avant la corrida ! ».

 (Photo C. CREPIN)

Publié dans Termes taurins

Commenter cet article