CAPOTE

Publié le par Charles CREPIN

 

A l'origine, capote désignait la couleur du pelage du toro, dont pinta est aujourd'hui le terme propre. Capa est aussi utilisé quelquefois, bien qu'il désigne plutôt la robe des chevaux.

Aujourd'hui elle a deux significations distinctes :
 

CAPOTE DE BREGA : cape de toile semi-circulaire utilisée par les toreros pendant la lidia. Lourde et empesée pour une plus grande rigidité, elle est de couleurs vives, fuchsia pour l'avers et généralement jaune à l'envers, mesurant entre 1 m et 1,20 m pour être adaptée à la taille du torero. Maniée à deux mains ( capotazo ), elle sert au travail du banderillero : réception, déplacement et mise en suerte du toro, détournement de l'animal dans les quites pour parer au danger etc...Dans les mains du maestro, elle permet à ce dernier de donner les belles passes que l'on connaît : véronique, chicuelina, gaonera, revolera...


CAPOTE DE LUJO (de luxe, d'apparat) ou CAPOTE DE PASEO, ou encore CAPOTE DE SEDA (de soie), dit aussi "capotillo" : cape d'apparat destinée au paseo. Sensiblement plus petite que la cape de brega (ou demi-cape). Généralement en soie, richement brodée de motifs floraux ou religieux, rehaussée de fils d'or et d'argent. Durant le paseo, le torero la porte posée sur l'épaule gauche et enroulée autour du buste. Après le salut à la présidence, il la confie jusqu'à la fin de la corrida à son valet d'épées (mozo de espadas), lequel la fait déployer en barrera, devant des spectateurs de premier rang.

Lien logique entre capote de paseo et capote de brega : à l'origine, au campo, c'était un vêtement de laine qu'on portait sur l'épaule et qu'on utilisait accessoirement en cas de besoin pour dévier la charge du toro. Par la suite, fabriqué en coton puis en soie, brodé pour les maestros, son coût élevé et sa délicatesse le destina à l'usage exclusif du paseo.


Photo Charles CREPIN

Publié dans Termes taurins

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article