Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

PRIX HEMINGWAY 2016

Publié le par vingtpasses

PRIX HEMINGWAY 2016

APPEL À TEXTES !

Douzième Édition !
Merci de partager
!

Organisation :
Les Avocats du Diable
Date limite de participation :
31.01.2016
Dotation du Lauréat :
4
000 euros

En parallèle du Prix de la Nouvelle Erotique, les Avocats du Diable, installés en Camargue, organisent depuis 12 ans le célèbre Prix Hemingway, concours international de nouvelles conjuguant Littérature &Tauromachie.

Érotisme, Tauromachie,... Sujets éminemment et évidemment subversifs... Qui a dit complémentaires ?

Mais attention : le Prix Hemingway n'a absolument pas pour but de provoquer et encore moins de relancer l'éternel (et insoluble) débat entre les "pour" et les "contre", mais de faire œuvre de littérature à partir d'un univers, au sens large.

Pour information, parmi les 3 derniers lauréats, 2 n'avaient jamais assisté à une corrida / une course camarguaise ou landaise et habitaient... dans les Vosges et le Jura. Preuve, pour ceux qui en doutaient, de l'extrême ouverture d'esprit du Jury du PH (prix de la nouvelle le mieux doté de France), présidé depuis 12 éditions par Laure Adler.

En 11 Editions, les Avocats du Diable ont reçu 1627 nouvelles envoyées des 4 coins du monde dans le cadre du Prix Hemingway (France et Espagne mais aussi Amérique du Sud, Chine, Guinée, Cameroun, Canada, Russie, Israël, Australie,...)

Dans l'espoir de recevoir votre participation et comptant sur votre adhésion à ce prix qui véhicule les mêmes valeurs que le Prix de la Nouvelle Erotique,

Bonne chance à tous !
JOL

PRIX HEMINGWAY -
RÈGLEMENT 20
16

Créé en 2004 par Les Avocats du Diable sur une idée de Marion Mazauric et Simon Casas, le Prix Hemingway récompense chaque année une nouvelle inédite sur le thème de la tauromachie, son univers ou sa culture, d'un écrivain français ou étranger ayant déjà publié (quel que soit le support).

Le Prix Hemingway n'est PAS un prix d'aficionados. Il n'est pas demandé aux participants d'être "pour" ou "contre" la tauromachie, mais simplement de faire oeuvre de littérature à partir de cet univers, pris au sens le plus large.

Les textes présentés ne doivent pas excéder 15 feuillets de 1 500 signes chacun.

Ils sont lus par le jury en français, espagnol ou anglais. À charge pour l'auteur écrivant dans une autre langue de faire traduire et présenter sa nouvelle dans l'une de ces trois langues.

La sélection des nouvelles finalistes est effectuée sous anonymat par les membres du jury assistés de lecteurs et traducteurs bénévoles, aficionados ou pas.

La date limite de réception des nouvelles pour l'année 2016 est fixée au 31 janvier 2016.

Le dossier de candidature, composé des documents suivants :

- texte de la nouvelle
- bibliographie
- biographie
- coordonnées : adresse, mail,
- numéro de téléphone
- photo d
e l'auteur

doit être envoyé par mail à

prixhemingway@lesavocatsdudiable.com

ou courrier postal à cette adresse :
Les Avocats du Diable
Prix Hemingway
La Laune
30600 Vauve
rt
France

L'auteur de la nouvelle lauréate reçoit la somme de quatre mille euros (4 000) et un callejón aux arènes de Nîmes pour la temporada suivant l'année de remise du Prix, offerts par Simon Casas Production, partenaire du Prix Hemingway.

Un recueil composé de la nouvelle lauréate et des meilleures nouvelles est publié chaque année par les éditions Au diable vauvert, partenaires du Prix Hemingway. Les écrivains concourants accordent de fait à l'éditeur, par leur participation,
l´autorisation exclusive de publication de leur nouvelle dans ce recueil et dans toutes les langues. Cette publication est formalisée par un contrat.

À l'occasion de la présentation du recueil et de la remise du Prix Hemingway, des animations, lectures publiques et rencontres littéraires sont organisées dans toute la région par Les Avocats du Diable tout au long de l'année.

Les auteurs finalistes et le lauréat sont invités à y présenter leur texte. Les écrivains en compétition, et en particulier le lauréat, autorisent Les Avocats du Diable à utiliser leurs nom, prénom, image, titres et texte, dans tous supports de communication internes et externes (sites Internet, publications, newsletters, articles de presse, émissions radio ou tv, communiqués, etc.)
et lors de ces animations littéraires.

Les Avocats du Diable réservent prioritairement chaque année, du 15 juin au 15 septembre, la résidence
d'auteurs qu'ils gèrent depuis 15 ans à La Laune (Vauvert, Gard) aux écrivains participant qui désireraient y séjourner pour se documenter, découvrir ou s'initier à la culture taurine en région. Les candidatures pour ces résidences d'écriture, sur des périodes de deux à quatre semaines, doivent parvenir au siège de l'association par poste ou mail, chaque année, avant le 15 décembre pour une résidence au cours de l'été suivant.

Le jury est composé de neuf membres et peut être renouvelé chaque année, au maximum par tiers.

L'écrivain lauréat du Prix Hemingway est membre du jury pour lannée suivante.

Le jury 2016 est composé de :

Laure Adler, présidente,

entourée de Michel Cardoze, Carole Chrétiennot, Marianne Lamour, Pierre Leroy, Claude Sérillon, Marion Mazauric, Eddie Pons, Philippe Aubert de Molay (lauréat 2015) et de Simon Casas, parrain fondateur.

Les nouvelles finalistes sont sélectionnées par le jury de façon anonyme.

Les membres du jury se réunissent pour délibérer et désigner la nouvelle lauréate lors de la feria de
Pentecôte à Nîmes.

Depuis 2012, un lauréat ne peut obtenir le Prix Hemingway plus d'une fois.

Les Avocats du Diable
Résidence d'écriture -Animations en Région -Prix Littéraires -
La Laune
30600 Vauvert
France
Tél. : (+33) 4 66 73 16 52
Fax : (+33) 4
66 73 16 57
prixhemingway@lesavocatsdudiable.com

Contacts :
Jacques-Olivier Liby,
Président des Avocats du Diable
Port : 06 13 61
38 11

Peggy Delrue,
Chargée de mission
Port : 06 01 70 0
3 67

Le règlement du Prix Hemingway est déposé auprès de la SCP Rougé & Blondeau, huissiers de justice à
Nîmes, Immeuble AXIOME, 150 rue Louis Landi 30900 Nîmes

Publié dans Art & culture

Partager cet article

Repost 0

Francis WOLFF au CTN

Publié le par vingtpasses

Francis WOLFF au CTN

Publié dans Jeudis du cercle

Partager cet article

Repost 0

Toro "idéal"

Publié le par vingtpasses

Toro "idéal"

Par Hubert COMPAN

18/11/2015

Pour se changer les idées en cette période trouble, voici quelques réflexions après le congrès de la FFST ainsi que le texte de mon intervention à Nailloux, point de départ d’un “lobbying” que je voudrais essayer d’initier ....Ce sera très difficile !

J'ai été invité à participer au débat organisé à l'occasion de l'AG de la FFST ce 17 oct 2015. Le thème du débat était : « éleveurs de toros bravos et aficionados : un dialogue essentiel ». J’ai eu comme mission de débattre sur la « problématique de la mono-encaste Domecq », car semble-t-il on m'a fait la réputation de défendre la « mono-encaste », ce que j'accepte volontiers. Face aux « gardiens du temple » des présidents de clubs de la FSTF j'ai exprimé mes opinions de vétérinaire plus que d'aficionado dans une ambiance particulière mais qui me convenait bien.

Vous trouverez ci joint le texte de mon intervention (voir Pdf joint de l'article). Les clubs taurins sont indispensables à la pérennité des spectacles taurins. Ils correspondent à un « noyau dur » qui sécurise tout les risques de dérive de la corrida. Les efforts pour sauvegardes les encastes minoritaires sont louables, mais ils ne suffisent pas.

La corrida peut mourir de deux façons : soit d’une mort violente comme à Barcelone ou dans les villes « Podemos », soit d’une mort lente par désaffection du public constitué essentiellement de spectateurs occasionnels qui peuvent devenir de vrais aficionados si le spectacle présenté correspond à leurs attentes. Ils sont peu représentés dans les club, ils veulent du spectacle et de la fête, ils veulent des toros mobiles et encastés, ils veulent des toros qui partent de loin vers le cheval, ils veulent des passes de muleta, en fait, ils veulent le toro idéal défini par Dominique Valmary président de la Fédération des Sociétés Taurines de France (FSTF) (1), mais ils ne veulent plus des piques assassines et des toros ensanglantés « jusqu'à la pesuna. j’ai affirmé, (dans un climat parfois hostile!), que les toros de Domecq étaient plus proches de ce toro idéal que les toros des encastes dites minoritaires qui connaissent souvent des problèmes de toreabilité et parfois de faiblesse.

On sait améliorer par les techniques modernes de « manejo » la mobilité et la “duracion” qui parfois manquent à la « mono-encaste ». Si dans le tercio de piques on ne conserve que ce qui est utile, la poussée qui montre la bravoure et fatigue le toro et la blessure du cuir qui stimule l’agressivité, si on élimine l’hémorragie et les dégâts collatéraux inutiles de la pique, le spectacle de la corrida se portera mieux et durera.

Denis Durand de l'INRA qui avait déjà travaillé avec l'Association Française des Vétérinaires Taurins (AFVT) sur les muscles et les problèmes de faiblesse des toros a participé avec les universités de Lyon, de Clermont Ferrand, l'INSERM, le CNRS, Vetagro etc. à des publications sur les mécanismes et l'évaluation de la douleur chez les ruminants. Il propose une évaluation scientifique sur la douleur du toro pendant la lidia. Denis Durand est un chercheur et en même temps, il représente le spectateur occasionnel, mais qui a vite compris le sens de la lidia et l’intérêt de son évolution :

« je suis persuadé que si l'on prenait un peu de temps pour mieux montrer qu'il peu y avoir concordance entre ce que recherche les "aficionados" (tester la bravoure du toro), les toreros (avoir un toro mobile et en pleine possession de son potentiel) mais aussi les amateurs de corrida (mais qui sont souvent "heurtés" par la phase de la pique) tout le monde y gagnerait... il suffit de regarder dans chacune de ses exigences ce qui est déterminant (et superflu) et de voir que ce triple objectif peu trouver un consensus dés lors que l'on connaît les mécanismes associés… »

Écoutons les exigences de la FSTF, mais écoutons aussi les éleveurs, les vétérinaires, les scientifiques, écoutons aussi les toreros et les organisateurs qui savent qu'ils ne rempliront pas les arènes avec seulement des aficionados et faisons en sorte que les spectateurs occasionnels et notamment les jeunes deviennent de vrais aficionados : avec des toros encastés et plus mobiles, avec un 1er tercio révisé ce sera plus facile, et avec certaines ganaderias de la « mono-encaste » ce sera encore plus facile !

Le toro est la matière première de notre fête. Celui que nous voulons, nous aficionados de la Fédération est beau, armé en pointes, puissant, fort, brave, présent d'un bout à l'autre de la course, capable de s'illustrer au 1er tiers, de courir de belles trajectoires au 2éme tiers, de dérouler une noble continuité non dépourvue de fiereza( sauvagerie originelle) au 3ème, et de mourir avec panache.

Le tout sans reproduire un aspect et un comportement monotone mais en exprimant les qualités physiques et comportementales inscrites dans son matériel génétique, ce que permet de moins en moins la généralisation de la mono-encaste unique »



L’attente souvent insatisfaite de l’aficionado de ce toro qu’il attend et qu’il veut le conduit à poser deux questions (...) :

Pourquoi les éleveurs fabriquent-ils des taureaux qui correspondent rarement à ces attentes ?

Pourquoi l’intégrité physique de l’animal apparaissant dans l’arène n’est pas toujours respectée et ses cornes irréprochables

Texte intégral de l'article d'Hubert COMPAN

Publié dans Tribune

Partager cet article

Repost 0

FRAUDE !

Publié le par Charles Crépin

Julian, de mieux en mieux... (Photo : Toro, Torero y Afición)

Julian, de mieux en mieux... (Photo : Toro, Torero y Afición)

Ce geste INDÉCENT du Juli, Vingtpasses l'a quelquefois illustré dans ses pages, s'attirant les foudres des inconditionnels du maestro. Ceux qui adulent la vedette pour sa parfaite connaissance des  adversaires qu'il choisit d'affonter (et celle, présumée, des toros qu'il préfère éviter), ne perçoivent sans doute pas toute l'indignité de ce destoreo que cent puerta grande à Las Ventas ne peuvent effacer. "Sin grandeza, no hay Fiesta"

Sur le site web mexicain "Sangre, Seda y Sol",  le chroniqueur Fernando Lahoz publie un remarquable pregon pour la Fiesta Brava, dénonçant  ces mauvaises manières impardonnables sous le titre : "A julian Lopez alias El Juli matador de novillos et autres petits lézards qui existent dans le campo mexicain". lire : CON F DE FRAUDE, CON R DE RATERO Y CON V DE VETE Y NO VUELVAS JULIAN. Fernando Lahoz)

 

Publié dans Critique

Partager cet article

Repost 0

Réveillez-vous !

Publié le par vingtpasses

Réveillez-vous !

Villes Taurines réveillez-vous, le marronnier prend racine !

Le 27 octobre, le Parlement Européen a adopté un amendement déposé par le groupe des Verts et l’Alliance Libre précisant que « les crédits d’aide à l’élevage ne peuvent être utilisés pour soutenir l’élevage de taureaux destinés à la tauromachie ».

Au-delà de ce vote largement majoritaire et au-delà des arguments juridiques et politiques qui feront que l’amendement sera annulé par la Commission Européenne il faut mesurer l’importance de ce type d’initiatives visant à conduire à terme à la disparition de la corrida et des autres tauromachies. Lire la suite de l'Édito de Dominique Valmary sur le site de la Fédération des Sociétés taurines de France.

http://torofstf.com/content/lédito-de-dominique-valmary-6

Publié dans Instances

Partager cet article

Repost 0