Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Toreros ganaderos

Publié le par vingtpasses

 

 

 

 

110805JS-VicConcoursFrancaise_045.JPG  

 

 

 

 

Les toreros sont-ils d’excellents ganaderos ?

 

Par Paul Bosc

 

 

 

Cette temporada 2011 aura été marquée par la présence de deux fers appartenant à des toreros et qui auront laissé un excellent souvenir aux aficionados. Tout d’abord celui de « Joselito »  Miguel Arroyo qui, à Bayonne, a présenté une belle tarde de toros récompensée par l’Union des clubs taurins Paul-Ricard du Sud-Ouest et à laquelle ont participé les vedettes actuelles : El Juli,  Daniel Luque et Curro Diaz.  Les « toros de la reina » (encaste Parlade) armés et puissants ont non seulement mis la rouste au seigneur des arènes El Juli, mais également montré de belles qualités de combattants.

 

Pas primés mais tout aussi respectables, les novillos du maestro Enrique Ponce présentés à Nîmes pour la Pentecôte et la novillada de la cape d’Or. Cet élevage, acheté par le torero de Chiva en 1993 d’encaste Domecq a, lui aussi, dans les arènes de Nîmes,  révélé de belles qualités de  bravoure et noblesse.

 

Ces deux exemples  sont-ils isolés ? De nombreux toreros ont tenté l’aventure avec des résultats peu encourageants,  mais peut-être que pour certains ce n’était qu’une manière de « placer » leur argent. Ou alors, les toreros ont, en quelque sorte, pris les toros par les cornes pour sortir la fiesta brava de l’ornière où elle s’enfonce de plus en plus avec des bêtes sans classe, sans force, sans race. Accordons donc deux bons points à ces toreros consciencieux et espérons qu’ils continueront dans cette voie, ô combien difficile.

 

A travers l’histoire de la tauromachie de nombreux toreros ont acheté des fincas, des fers, des sementales et des vaches avec des résultats pas toujours évidents. Citons Antonio Ordonez  qui avait acheté une ganaderia d’origines Murube-Urquijo, encastes qu’il a souvent rencontrés ; Palomo Linares, Victor Mendes qui disait : « Je reconnais un toro Santa Coloma au bruissement de ses oreilles » mais il a acheté un encaste plus souple avec les Pablo Mayoral, Nino de la Capea et sa famille qui parviennent à placer quelques « murube » pendant les temporadas. Litri, Espartaco ont également tenté de porter la casquette de ganadero. Stéphane Fernandez Meca aussi mais l’expérience n’a pas duré. Plus sérieux Ortega Cano qui a acheté un fer de Guardiola (Pedrajas) et dont un novillo de la ganaderia baptisée Yerbabuena a été gracié dans les arènes de Nîmes le 28 février 1999 par Juan Bautista  Mais nous n’avons pas souvenir d’autres grandes corridas de ce fer.

 

Autres exemples, le matador madrilène Juan Jose Prados «  El Fundi » qui pourrait toréer tous les Escolar Gil de son beau-père, et s’est tout de même acheté une ganaderia d’encaste Marcos Nunez. Et Victorino Martin fils ? Avant de devenir vétérinaire, il avait tenté l’aventure de torero, sans dépasser l’alternative et dirige aujourd’hui le prestigieux élevage du papa Martin. Pourtant les aficionados ont le net sentiment que le côté « torero » du fils a modifié l’agressivité des Victorino.

Cesar Rincon, qui n’a pas été épargné par les élevages difficiles, a porté son choix sur l’achat  de toros moins agressif, de El Torreon ; El Viti, le grand matador de Salamanque s’est également investi dans l’élevage et l’on retrouve chez Hubert Yonnet du sang  du bétail que le maestro possédait  de Lisardo Sanchez dans la lignée Conde de la Corte-Atanasio Fernandez (informations de l’Association des éleveurs français de taureaux braves) qui a aussi abouti chez Jose Mari Manzanares. Simon Casas a également investi, à une époque, dans l’élevage avec Pierre-Marie Meynadier et les toros de « Occitania ». La tempête de 2002 a décimé le troupeau.

 

110805JS-VicConcoursFrancaise_068.JPG

Toro du Laget de Luc JALABERT - Photo Jies


Mais c’est du côté des rejoneadores que nous trouvons le plus grand nombre de ganaderos à l’exemple de Luc Jalabert (toros du Laget qui ont remporté le premier prix de « toros de France », compétition d’élevage français pendant cette temporada), de Marie Sara (toros Los Galos), Marie-Pierre Callet (domaine de Malaga) et évidemment les Espagnols Alvaro et Antonio Domecq, Conchita Cintron, dont l’élevage a été racheté par Hubert Yonnet, mais aussi Angel Peralta et  Buendia, etc.

 

L’avenir est-il dans les ganaderias « toreros » ? Nous ne tiendrons toutefois pas le pari, les toreros ont souvent la tentation de vouloir modifier le caractère des toros afin qu’ils soient dociles et leurs permettent de briller mais les mentalités changent. Espérons….  des lendemains meilleurs.

Publié dans Le toro

Partager cet article

Repost 0

100 % AFICION !

Publié le par vingtpasses

 

 

 

Message de l'aficion aux antis taurins

 

 

Des antis taurins déchaînés qui profanent la statue de NIMEÑO et brutalisent des proches de ce dernier venus s'interposer. Des antis taurins enchaînés dans une mise en scène pitoyable de violence symbolique appelant la violence. Quelle que soit la méthode employée, la haine est toujours présente.

 

 L'aficion adresse un message clair à tous ceux qui veulent s'en prendre à leur culture et leurs traditions :  

 

LIBERTE !

 

 

111021JS NîmesRassemblementAfiicon 044

 


111021JS NîmesRassemblementAfiicon 068

 

111021JS NîmesRassemblementAfiicon 071

Photos JIES ARLES

 

 

 

cliquez ce ce lien pour voir l'album sur le blog JIES.

 

 

 

 

 

 


Publié dans Aficion

Partager cet article

Repost 0

UNIFORMITÉ

Publié le par vingtpasses

 


Par Corentin CARPENTIER

 

Le  principal danger de notre société actuelle, est la tendance à l’uniformité de nos modes de vie. Chacun veut avoir le même niveau de vie que son voisin, et ainsi, veut directement impacter son existence.


En tauromachie, nous avons ces groupuscules animalistes, des terroristes intellectuels, et des défenseurs de la pensée unique. Au nom d’une sensibilité, et d’un mode de vie différent de celui des aficionados, ils estiment qu’ils sont dans leur droit de faire interdire la tauromachie car étant majoritairement opposés à la tauromachie en France. La tauromachie, est la culture certes d’une communauté minoritaire en France, mais elle est très largement intégrée dans les territoires où elle est admise, et cela en fait une tradition et un élément non négligeable du patrimoine des régions tauromachiques.Bref, revenons-en à ce qui nous intéresse plus particulièrement, la Corrida et son fonctionnement et plaçons le mot UNIFORMITE au delà de l’aspect pro et anti.


La Corrida a toujours été riche de sa diversité, et il n’est pas facile aujourd’hui quand on discute toros entre aficionados, de tomber d’accord à 100%. Ainsi est notre passion, on ne ressent pas tous pareil ce que l’on voit dans le ruedo. Que ce soit le tercio de piques, le toro sort-il seul ou non ? A-t-il poussé durant les rencontres ?  Les banderilles, cornes passées ou pas ? La faena, s’est-il croisé ? Est-il profilé ou non ? Préfère-t-on le toréo tremendiste ou les canons plus classiques de la tauromachie ?  Que ce soit sur le toro, préfère-t-on un toro de caste qui pose des problèmes que seule la technique du matador en face peut résoudre ? Ou préfère-t-on un toro de grande mobilité sans violence dans la charge et sans vices qui permet au matador de réaliser une faena plus artistique et moins technique qu’avec un toro de caste ? Ainsi vont les conversations entre aficionados. Mais aujourd’hui ces conversations sont en danger, car l’UNIFORMITE, qui depuis quelques années pointait le bout de son nez, tend aujourd’hui à s’imposer aux aficionados.

 

 

PLACA.gif

 


Par UNIFORMITE de tauromachie, je veux parler ici du trio FIGURAS - EMPRESAS - GANADEROS. En effet, les figuras aujourd’hui tendent à imposer leur bétail et des cachets exorbitants, les empresas pour la plupart vont désormais valider ces exigences, et commandent aux ganaderos le modèle de toro imposé par les figuras du G10. On évite désormais soigneusement les élevages qui pourraient empêcher les actuelles figuras de briller ; le trio dont nous parlons plus haut  impose un nouveau règlement : Trafic de l’intégrité physique du Toro ; Monopique qui tend à se développer dans les arènes de 1ère catégorie, et quasi généralisée dans les arènes de 2eme et 3eme catégorie. Certaines présidences non indépendantes de l’empresa, et figuras respectant de moins en moins les règles élémentaires de la lidia, 60 à 80 muletazos au lieu de "20 passes pas plus" comme le titre de votre blog préféré… La quantité ne fait pas forcement la qualité.


Cette uniformité, est en train de tirer la fiesta brava vers le bas. De tout temps il y a eu corridas de figuras, et corridas de Toros. Et si demain la corrida de Toros disparait ? Il ne faut pas rêver, la corrida de figuras ne résistera pas dix ans de plus… Alors réagissons, et pensons à l’avenir de la fiesta brava avant les intérêts personnels d’un petit groupe, qui, il faut le rappeler, n’est que de passage… Pensons donc à nos futurs enfants, pour qu’ils puissent eux aussi connaître, cette merveilleuse passion, qu’est la tauromachie. Alors contre l’UNIFORMITE en tauromachie et dans nos vies, préservons la belle diversité de la tauromachie ! Et comme le dit un slogan espagnol reconnu :

 

 

 

 

NADA TIENE IMPORTANCIA SI NO HAY TOROS !

Publié dans Humeurs

Partager cet article

Repost 0

GRAND RASSEMBLEMENT DE L'AFICION

Publié le par vingtpasses

 

 

 

DSCN3303.JPG

 

 

APPEL AU RASSEMBLEMENT DE L’AFICION
à NÎMES, vendredi 21 octobre à 19 h 30,
devant la statue de Nimeño II
 

 

Après la profanation de la statue de NIMEÑO II le 18 septembre dernier par des groupuscules antis taurins, les évènements du 8 octobre à RODIHAN renforcent la volonté  de tous les aficionados, de toutes les entités taurines françaises et plus généralement tous ceux qui sont attachés à leurs libertés démocratiques, à leurs cultures locales et leurs traditions, de se réunir en masse devant la statue de NIMEÑO. 

Ce rassemblement sans cortège ni discours sera silencieux, digne et recueilli dans un hommage unanime au grand torero nîmois. Tous ceux qui le désirent pourront déposer une fleur, œillet rouge de préférence,  au pied de la statue avant la dispersion du rassemblement.

Les cosignataires du présent appel demandent instamment à tous les participants de manifester dans le calme et le respect de l’ordre, et de ne céder en aucun cas à d’éventuelles provocations d’où qu’elles viennent. 

Cercle Taurin de Réflexion pour la Défense de la Tauromachie, Fédération des Sociétés Taurines de France, Coordination des clubs Taurins de Nîmes et du Gard, Amis du Musée des Cultures Taurines,  Amis de la Bouvine. Union des Clubs Taurins Paul Ricard, Observatoire National des Cultures Taurines, Centre de Tauromachie de Nîmes, Centre Français de Tauromachie, Union de l’Aficion du Grand Sud, ainsi que toutes les entités, associations ou personnalités qui les ont rejointes et celles qui viendront s’associer à cet hommage.

18 octobre 2011

Publié dans Aficion

Partager cet article

Repost 0

Coup de boule à Rodihan

Publié le par vingtpasses

 

 

 


 

Pourquoi en effet ?

 

Un certain « Joe », anti taurin déclaré, a posté un commentaire maladroit sur Vingtpasses. D’un côté, il prête un peu hâtivement à votre blog préféré le dessein de ne pas publier sa prose lumineuse. D’un autre côté, il avoue innocemment : « vous devez reconnaître que « si les antis ont clairement provoqué les "pros, ce sont bien ces derniers qui ont manifesté leur haine et leur violence, et pas l'inverse ». Tiens, tiens, dans quel but ces malheureuses victimes antis taurines ont-elles provoqué ces barbares de pro taurins ?  Aveu révélateur d’une pitoyable stratégie de provocation qu’on peut résumer ainsi : comment provoquer dans l'outrance sans en avoir l’air, dans le but de gagner la guerre de l’opinion ? La réponse est : c’est possible, surtout si on peut compter sur quelques médias supplétifs des instigateurs de cette couillonnade qui persévèrent jour après jour à nous faire voir le petit bout de la lorgnette anti taurine...

 

Pas question de justifier des actes violents, même provoqués. Pas question de déclarer « qu’on n’approuve pas  mais qu’on comprend » comme l’ont fait, innocemment sans doute, certains antis taurins à propos des violences parties de leur propre troupeau. Mais pas question non plus que ces minables petits « materazzis »  nous rejouent le coup du carton rouge de la coupe du monde…

 

Ne vous laissez pas tomper par ces provocateurs ignares, roublards et méprisants qui bafouent nos libertés et  réclament la disparition de nos traditions. Venez défendre vos libertés. Venez nombreux rejoindre l'aficion dans le grand rassemblement recueilli et silencieux qu'elle orgnise à Nîmes


VENDREDI 21 OCTOBRE 2011 à 19 heures 30 au pied de la statue de NIMEÑO II.

 

 

Publié dans Aficion

Partager cet article

Repost 0

BASTA YA !

Publié le par vingtpasses

 

 

Voici le texte adressé par le "socio" d'un club taurin belge dont nous ne dévoilerons pas le nom. C'est l'histoire de "l'ouvrage d'un antitaurin - anti humain notoire" dénoncé par l'un de ses compatriotes avec un courage et une lucidité qui nous réconfortent alors que la provocation et le cynisme ont semblé prendre le dessus, l'espace d'un instant.

 


 

Divers-chargement-0017.JPG


 

"Bruxelles, le 11 octobre 2011

Rodilhan 8 octobre 2011

 

Les antis étaient une fois de plus venus chercher l’affrontement par la provocation.  L’épisode de la statue de Nimeño n’avait pas suffi, ils avaient besoin de plus.  Dans leur insatiable quête d’images démontrant que les aficionados étaient des « sauvages », ils ont décidé de s’enchaîner dans le ruedo des arènes de Rodilhan, caméra au poing sachant  pertinemment que l’aficion avait été piquée au fer rouge à Nîmes et que leurs insultes et menaces commençaient à porter leurs fruits.  L’aficion était au bord de la révolte alors ils se sont dit qu’ils suffisait de pousser un petit peu plus pour qu’elle tombe enfin dans le piège tendu.

 

Le plan était facile, Rodilhan, petites arènes, aucun service de sécurité…  Les aficionados allaient se régaler.  Eux, les antis, nos prédateurs allaient devenir des proies faciles.  Cette fois-ci leur mot d’ordre n’était pas la provocation verbale ou gestuelle.  Juste s’enchaîner et attendre la réaction des aficionados, ensuite résister à l’évacuation.  Tout ceci sous l’œil de leurs caméras afin de montrer au monde entier « l’agressivité » des aficionados et de se faire passer pour les victimes pacifistes, qu’ils ne sont point.  Tout est réussi, même leur mise en scène post incident, les voilà en train d’essuyer leurs larmes devant les caméras de nombreuses télévisions, mimant leur incompréhension face une réaction qu’il connaissait d’avance.  On pourrait dire qu’ils ont été agressés à l’insu de leur plein gré.

 

Cela fait 10 ans que les aficionados essuient sans broncher les insultes d’une poignée de personnes devant les arènes.  10 ans d’une lutte haineuse qui s’est amplifiée via le premier média mondial qu’est internet.  10 ans de provocations et de menaces.  10 ans et une radicalisation du mouvement antitaurin qui devient très inquiétante. L’aficion a dit à Rodilhan BASTA YA.  J’ai envie d’ajouter « malheureusement » mais je ne peux pas condamner une réaction de ras-le-bol.  A « toro pasado » il est facile de juger alors ne jugeons pas, tirons plutôt les leçons de l’épisode Rodilhan. 

 

1/ Une proposition de réaction digne en cas de répétition de cet incident.  Comme cet exemple :

Ne réagissons pas à la provocation et une fois qu’ils se seraient enchaînés, sortons tous des arènes, fermons les portes, appelons les CRS et qu’ils s’occupent de les trainer dehors.  Et finalement peu importe que la corrida commence avec une heure de retard, restons dans nos droits.  Une fois dehors tous dans le panier à salade, contrôle d’identités et libre choix aux organisateurs de porter plainte contre les fauteurs de troubles.  Car ne l’oublions pas, ceux qui étaient dans l’illégalité ce sont eux, malheureusement pris par l’émotion nous avons fait la besogne des CRS et là nous nous sommes mis également en tort.  Ce n’est pas notre rôle. En agissant de la sorte, quelles images pourront-ils montrer, des images d’antis seuls dans les arènes enchaînés devant des tendidos vides ?

 

2/ Faisons notre mea culpa, acceptons nos torts, plus jamais de violence pour répondre à leurs violences.  Nous avons la loi de notre côté ne gâchons pas cette chance.

 

3/ L’Observatoire, la Municipalité et l’Empresa doivent attaquer en justice les fauteurs de troubles.  Profitons du fait qu’ils vont porter plainte contre des « photos » pour contrattaquer.  D’autre part, il est illégal de diffuser des photos d’aficionados comme ils le font…  Appuyons ceux qui veulent porter plainte contre la diffusion de leur image. 

 

4/ Il est grand temps que les aficionados montent au créneau par le biais des Clubs Taurins.  Sans tarder, nous devons faire circuler une demande signée par tous pour que des mesures soient prises afin de ne plus devoir essuyer les insultes et provocations des antis.  La radicalisation des antis et le ras-le-bol des aficionados me font craindre le pire à brève échéance.  Tout ceci sent la poudre.  Il suffit de lire les propos de certains extrémistes antis pour se rendre compte que les menaces sont sérieuses.  Tenons en compte les droits de chacun, notre droit d’aller aux arènes sans être importuné et le droit des antis de manifester.  Exigeons donc aux autorités qu’un périmètre de non manifestation soit d’application systématiquement dans TOUTES les villes taurines les jours de corridas.  Exigeons des peines lourdes pour ceux qui viendraient s’opposer au bon déroulement du spectacle.  Exigeons aussi aux aficionados de se comporter dignement et pacifiquement face aux provocations, ainsi que pour les antis proposons de lourdes peines contre les nôtres qui répondraient à la violence par la violence.  Faisons pression sur les municipalités.

 

L’antihumaniste belge, instigateur de l’émeute à Rodilhan, Montignies a dit « La date du 8 octobre 2011 a irrémédiablement changé les règles du jeu. La guerre est déclarée. »  A nous de lui répondre « deux ne se battent pas si un ne veut pas. »  La date du 8 octobre 2011, doit être la date à laquelle l’aficion a dit STOP A LA PROVOCATION !!!  Nous voulons que nos élus nous protègent nous et nos enfants des agressions répétées des antis.  Cette énième acte de provocation de la part des antis doit être le dernier et c’est à nous, les aficionados unis de monter au front pour faire valoir nos droits. Mais c’est à vous de nous réunir et de nous représenter face aux élus des villes taurines.

Publié dans Corrida et Société

Partager cet article

Repost 0

Antis, la haine et la violence - (suite)

Publié le par vingtpasses

 

Quelques courriers reçus, suite à l'article "Antis, la haine et la violence"

 

Laissé par : Sabrina aujourd'hui à 13h04

Mon commentaire n'est pas validé ? tient donc. Liberté d'expression vous ne connaissez pas ? Eux se sont exprimés contre nous.
Quelle mauvaise foi !

 


Laissé par : Sabrina aujourd'hui à 00h16

Vous rigolez ? Ces gens se sont fait tabasser par les aficionados. Ce n'est plus la peine de le cacher. 45 000 vues et cela passe mondialement dans les médias. Assumez vos actes. Voici la vidéo.

http://www.youtube.com/watch?v=X_dP8_73KPM&feature=youtu.be

 

 Laissé par : Joe hier à 17h58

Dites-donc, Vingtpasses, vous ne seriez pas un peu de mauvaise foi ? Vous pouvez remplacer tous les conditionnels de votre réponse à Georges par des passés composés !

Si vous étiez à Rodilhan samedi, vous devez reconnaître que si les "antis" ont clairement provoqué les "pros", ce sont bien ces derniers qui ont manifesté leur haine et leur violence, et pas l'inverse (chapeau d'ailleurs, ça n'a pas du être facile de trouver des clichés où ça n'apparaît pas). Combien de blessés chez les aficonados ? Aucun, n'est-ce pas ? Alors que chez les antis, les plaintes pour coups et blessures sont en train de tomber...
Une petite vidéo pour vous rafraîchir la mémoire :
http://www.dailymotion.com/video/xlk9jx_rassemblement-anti-corrida-arene-rodilhan-08-10-11_news

J'aurais envie d'ajouter "Que chacun se fasse son opinion", mais encore faudrait-il que ce commentaire passe le filtre de la modération...

 


  Remarquez dans ces courriers la même crainte de ne pas être publié, de ne pas passer le filtre de la modération, que la liberté d'expression ne soit pas respectée etc.  Au fait, quelles organisations anti taurines publient le point de vue des taurins ?

 

Notez aussi, au passage, le soucis de vendre à tout prix la vidéo, et le sacré aplomb de Joe qui avoue sans complexe que "les antis ont clairement provoqué les pro".... Et pourquoi donc ces gentils antis les auraient-ils provoqués ???

Publié dans Corrida et Société

Partager cet article

Repost 0

ÉLOGE DE LA DÉMOCRATIE

Publié le par Charles CREPIN

 

En démocratie, la contestation doit s’exprimer librement, quand bien même elle brave les interdits, conteste le droit, enfreint les lois, bafoue les libertés. La contestation, même violente, n’a en général d’autre fins que de faire entendre une revendication. Naturellement, le dialogue est le moyen d’identifier les fondements de la revendication. C’est même la base indispensable d’une solution satisfaisante, préalable aux mesures contraignantes et aux sanctions qui viennent ensuite. Nous mêmes, aficionados, ne préserverons nos libertés et nos traditions qu’en les enracinant sur les principes de la démocratie.

 

 

Divers-chargement-8545-copie-1.JPG

 

Dans ce sens, les consuls siégeant au palco de Rodihan auraient pu laisser s’exprimer la contestation des antis taurins, leur donner du temps, et tenter d’obtenir leur départ volontaire après qu’ils se soient par eux-mêmes débarrassés des chaines dont ils s’étaient entravés. La finale du trophée « GRAINES DE TOREROS » aurait dû en conséquence être reportée de quelques jours.  

En toutes hypothèses, les organisateurs auraient ensuite assigné les contrevenants devant un tribunal et auraient demandé réparation des préjudices subis. Les autorités compétentes, fortes de cette expérience auraient sans doute enfin réfléchi aux risques de dérapage auxquels peuvent désormais conduire de telles provocations en l’absence d’une prévention adaptée, d’un contrôle aux entrées, et d’une force significative dédiée au maintien de l’ordre public. Bref, toutes actions qui permettent de rappeler à chacun que la corrida est légale en France et que le droit est de notre côté, sans que nous soyons contraints de nous substituer aux forces de l'ordre pour dégager le ruedo.

Au lieu de quoi, les antis taurins, grâce à leurs méthodes pitoyables, sont tristement parvenus à déclencher par leurs provocations calculées au millimètre la réaction violente de quelques spectateurs insultés, exaspérés, et impuissants à maîtriser leurs nerfs malgré les appels à la retenue de la plupart des responsables de l’aficion, espérant faire ainsi porter la responsabilité de cet épisode consternant par la communauté des aficionados toute entière. Le monde à l’envers, en somme ! En cela, les antis taurins peuvent compter sur le quotidien MIDI LIBRE qui  ce matin fustigeait l’ensemble des aficionados par ce titre accrocheur : Injustifiable, un rien perfide et peu soucieux de faire la part des choses .

Cette situation est dangereuse. L’aficion doit impérativement construire à son tour une stratégie rationnelle et volontaire permettant notamment de prévenir les risques de dérapage espérés par les antis taurins et de  reprendre l’initiative. Dans le cas contraire, les provocations viendront à bout des meilleures résolutions et les aficionados, perdant l’initiative, seront simplement confinés dans la réaction, ici résignée et passive, là incontrôlée et violente. A ce jeu, l’aficion a beaucoup à perdre.


Publié dans Corrida et Société

Partager cet article

Repost 0

"TOROS DE FRANCE", l'oeil du veto

Publié le par vingtpasses

 

Le challenge TOROS DE FRANCE

 

par Hubert COMPAN, vétérinaire taurin

 

L’Association des Eleveurs Français de Toros de Combat a mis en place cette temporada 2011 le challenge « Toros de France ». 6 lots de toros ont été proposés à des organisateurs de corrida qui recevaient de l’Association des Eleveurs Français de Toros de Combat  une aide financière incitative. L’Association des éleveurs et Luc Jalabert  étaient maitres d’œuvre pour le choix des ganadérias. Un jury de 7 membres a été mis en place pour désigner la meilleure ganaderia, le meilleur toro, le meilleur torero à partir d’une fiche de notation qui estimait la présentation, le comportement à la pique et le comportement à la muleta (mobilité, noblesse). Le jury était composé de Ganaderos : Michel Barcelo,  Gérard Granier, du représentant des clubs taurins Ricard : Bernard Planchon, d’un journaliste : Laurent Deloye, d’un vétérinaire, d’aficionados : Guy Tangy, et de personnalités recrutées sur place : Jacques Cathala, Marcel Garzelli etc.

 

Les corridas

Le 3 avril à Vergèze : toros de Yonnet pour Guillermo Alban, Marc Serrano, Paco Ramos.

Le 9 avril à St Martin de Crau : toros de Tardieu Frères, pour Javier Castano, Julien Miletto, Ivan Fandino

Le 8 mai à Palavas : toros de Margé pour El Juli, Juan Bautista, Castella

Le 19 juin à Aire/Adour : toros de Jalabert pour Padilla, Juan Bautista, Miletto

Le 3 juillet à Eauze : toros de Gallon pour Curro Diaz et Juan Bautista

Le 27 aout à Mimizan : toros de Darré pour Miletto, Adame, Lescarret

 

Sur les 6 corridas il ya eu de tout, du meilleur et du moins bon, mais dans tous les cas la présentation des toros a été au niveau des ganadérias espagnoles et souvent au dessus. Vous avez peut être lu quelques chroniques qui en général ont été très « discrètes ». Les notations du jury ont été collectés par le Parc Régional de Camargue et le palmarès a été annoncé d’abord à l’issu de la corrida de Mimizan, puis le vendredi soir 9 sept après la (bonne) novillada de Margé en Arles :

 

meilleur lot : Jalabert, 2éme Gallon, 3éme Darré

meilleur toro : le no 122 de Gallon magnifiquement torée par Juan Bautista

meilleur torero : Juan Bautista en état de grâce devant les toros de la famille

 

quelques commentaires :

 

La corrida des fêtes à Aire/Adour :

Sur les 6 toros, 5 toros solides prenant 2 vrais piques rentrant dans la muleta allègrement, donnant tous du rythme au combat et terminant bouches fermées sans la moindre génuflexion. Seul le 6éme accusa de la faiblesse en début de faena mais récupéra par la suite grâce à la tauromachie intelligente de Miletto. Le public festif est rentré dans la corrida des le premier toro, et a su réclamer à juste titre la vuelta du 5éme, vuelta que le 4éme aurait autant mérité si Padilla avait économisé du carburant dans les 1éres séries données à un rythme d’enfer !

 

L’événement a été la conduite du tercio de pique.


D’abord avec l’utilisation de la pique de Bonijol qui semble être définitivement admise par les cuadrillas et qui rentre plus facilement dans les masses musculaires. En restant très prudent car sans preuves « scientifiques » pour le moment, je crois pouvoir dire que si la pique est donnée simplement sans faire le « marteau piqueur » le toro saigne moins. J’en arrive à l’évènement :

 

Apres une mise en suerte parfaite par les 3 toreros, Juan Bautista ayant à cœur de valoriser l’élevage familial, a placé le toro pour une première pique « légère » et aussitôt retirée puis pour une véritable 2ème pique en partant de loin et plus appuyée : tout le contraire de ce que la tauromachie actuelle nous impose.


C’est la première fois que j’ai observé cette façon intentionnelle de conduire le 1er tercio et c’est pour cela que j’en ai fait un évènement  qui signifie que lorsqu’un torero veut mettre en valeur un toro, qui de plus est issu de l’élevage familial, la fête peut commencer des le 1er tercio : c’est ce qui s’est passé à Aire et le public l’a bien compris.

 

La corrida de Gallon à Eauze

La noblesse Gallon, avec un tercio de pique minimal, mais aussi un grand toro, encasté, mobile et plein de toutes les qualités qui a fait remonter la moyenne des notes. Il est toutefois regrettable que pour les 2 corridas, les toros qui pour moi avaient le plus d’allure par leur taille, leur longueur et leur tête ont été mis en réserves !!

 

La corrida de JL Darré à Mimizan:

 Un lot de toros très musclés, devant et derrière, amenés à Mimizan 2 h avant la corrida. Les arènes étaient quasi pleines, et les quelques anti ridicules. Apres la présentation de ses toros  en corridas concours on craignait un manque de mobilité : tous ont galopé et ont été toréables avec des défauts qui génèrent le danger et maintient en haleine un public Sud Ouest qui aime ce type de corrida où l’efficacité prime sur l’art.

Ils sont rentrés au cheval en venant de prés, comme l’exige le règlement du rugby actuel. Et quant JL Darré fabriquera des toros plus proches des gabarits de 3éme ligne que de ceux de la 1ére ligne de l’équipe de Mirande, les résultats seront encore meilleurs

 

Un mystère : le manque « d’explosivité » des Yonnet à Vergéze, il est vrai âgés de plus de 5 ans et annoncés entre 520 et 590 kg. C’est pour moi toujours un plaisir de voir sortir les toros de la Bélugue, et ceux prévus le 23 octobre à Aire/Adour ne manquent pas de « piquant » (vous avez compris le mot « piquant » !).

 

Pour nous vétérinaires ces corridas auraient pu être l’occasion d’examiner les effets de la pique Bonijol dans de bonnes conditions : nous ne l’avons pas fait, ce sera pour l’année prochaine, et ce d’autant plus facilement que nous avons testé ce 9 octobre 2011 en collaboration avec le Club taurin La Unica de St Martin de Crau une méthode de mesure des trajets des différentes piques utilisées actuellement.

 

Il faut souligner aussi que les 3 premiers élevages du palmarès avait suivi les recommandations de l’INRA pour la préparation alimentaire des toros.

 

 Les « toros de France » ont été aussi présents dans d’autres corridas et novilladas qui ont marqué positivement la temporada.  Je parle de ce que j’ai vu :

 --L’exceptionnelle novillada de Blohorn à Lunel, 6 novillos encastés,  galopeurs infatigables, 14 vrais piques au total.

 --La corrida de Margé à Beziers, avec un magnifique toro toréé par Juan Bautista le 14 aout sous l’orage et 4 autres présentés le 24 sept avec Bolivar et Savalli : des beaux toros applaudis avant et après, le 2éme de Bolivar impressionnant, avec des morillos bien dessinés sur de solides charpentes :  des toros qui entrent au galop dans la muleta, des faenas à un rythme soutenu du début à la fin  et un public sympathique qui est entré dans la course des le 1er tercio en acceptant que Bolivar et Savalli n’étaient pas le Juli ou Castella. Il y a eu aussi la concours de Vic ( je n’y était pas) apparemment supérieure à celle de Pentecôte. Etc…. etc…

 

Le challenge Toros de France à constitué une bonne occasion pour  les éleveurs français de montrer leurs toros de 4 et 5 ans. Il faut donc espérer que l’action « Toros de France » va continuer sous formes de corridas ou novilladas (avec ou sans financement ?). Il y a eu parfois un manque de communication sur la présentation des toros et de la ganaderia, et sur le challenge « Toros de France » en général, notamment auprès du « noyau dur » des 2 à 3000 aficionados qui ne veulent pas être trompés sur la marchandise, qui aiment connaitre le « manejo » de la ganaderia, qui ont leurs exigences sur la conduite du tercio de piques et sa revalorisation : c’est ce public là qu’il faut séduire. 1/3 d’aficionados toristas, 1/3 des autres, 1/3 de spectateurs occasionnels, on rempli l’arène !

 

 Il faut savoir que en 2010  sur 800 males nés dans les Ganadérias françaises, seulement 285 toros ont été lidiés : 37 toros, 82 novillos et 166 NP : on doit pouvoir  mieux faire notamment grâce aux projets « Toros de France »,

 

...et ne pas oublier que la meilleure défense de la corrida…. C’est d’y aller.

 

Publié dans Le toro

Partager cet article

Repost 0

Antis taurins, la haine et la violence

Publié le par vingtpasses

 

Sans commentaire

 

Divers-chargement-0012.JPG

 

 

 

Divers-chargement-0007.JPG

 

 

Divers-chargement-0015.JPG

 

Photos Vingtpasses

Publié dans Corrida et Société

Partager cet article

Repost 0

Appel au rassemblement de l'aficion

Publié le par vingtpasses

Divers-chargement 6465

 

 

COMMUNIQUÉ

 

APPEL AU RASSEMBLEMENT DE L’AFICION

 

À NÎMES, dimanche 18 Septembre 2011, pendant la corrida, des groupuscules anti-taurins ont une fois de plus provoqué des troubles de l’ordre public. Ils ont profané la statue de NIMEÑO II et brutalisé la compagne de son frère !

 

Indignés par ces faits odieux, les cosignataires du présent document, appellent tous les aficionados, toutes les entités taurines françaises et, plus généralement, tous ceux qui sont attachés à leurs libertés démocratiques, à leurs cultures locales, à leurs traditions,à se réunir en masse :

 

Vendredi 21 octobre, à Nîmes, à 19 h 30,devant la statue de Nimeño II

 

Nous y serons dignes, recueillis, fervents, réunis dans un hommage silencieux et unanime à la mémoire du grand Torero qui fut homme d’honneur, de courage et de probité.

 

Cercle Taurin de Réflexion pour la Défense de la Tauromachie, Fédération des Sociétés Taurines de France, Coordination des clubs Taurins de Nîmes et du Gard, Amis du Musée des Cultures Taurines, Amis de la Bouvine, Union des Clubs Taurins Paul Ricard, Observatoire National des Cultures Taurines, Centre de Tauromachie de Nîmes, Centre Français de Tauromachie, Union de l’Aficion du Grand Sud, et toutes les entités, associations ou personnalités  qui viendront les rejoindre.

 

Plus de détails sur l’organisation du rassemblement seront communiqués ultérieurement.

 

 

webmaster@torofstf.com 

coordination.printemps@gmail.com 

Publié dans Aficion

Partager cet article

Repost 0

Jeu de banderilles

Publié le par vingtpasses

Samedi 1er octobre, deuxième demi-finale de "Graines de toreros" à Manduel, près de Nîmes. José CABRERA, un jeune apprenti torero d'Almeria, invité hors concours, a montré qu'il en savait déjà beaucoup sur l'art de toréer. Une première paire de Banderilles de poder a poder dans les cornes laisse entrevoir une rare stabilité émotionnelle pour son âge. Ensuite, deux autres paires spectaculaires de l'almérien ont épaté un public d'aficionados captivé.

 

Les photos ci-dessous montrent les 3 poses (une paire blanche, une paire rouge et verte, une autre paire blanche)

Explications :

 

 

Graine-manduel-demi-2011 0223

1ère paire posée dans les cornes

 

 

Graine-manduel-demi-2011 0228

2ème paire. Un quiebro,

 

Graine-manduel-demi-2011 0230

esquive, 

 

 

Graine-manduel-demi-2011 0231

et passe dans le dos, public bouche bée croyant à un recours,

 

 

Graine-manduel-demi-2011 0232

course, recentrage

 

Graine-manduel-demi-2011 0233

pivot et retour  ...

 

Graine-manduel-demi-2011 0234

réunion et pose dans les cornes.

 

 

 

Graine-manduel-demi-2011 0238

Troisième paire "à l'envers" de la première. Nouveau quiebro

 

Graine-manduel-demi-2011 0239

Esquive et passe serrée par devant,

 

Graine-manduel-demi-2011 0240

relance,

 

Graine-manduel-demi-2011 0241

et réunion avec pose dans les cornes.

 

Il a tout juste. On en redemande...

Publié dans Règles de l'art

Partager cet article

Repost 0