Animalisme, antispécisme, dégradation de l'humain

Publié le par vingtpasses

Antonio Purroy est intervenu récemment aux JEUDIS DU CERCLE (à Nîmes-Hôtel Imperator)  dans une conférence très suivie sur le thème "Populisme et Tauromachie - Le bal des hypocrites".

Aujourd'hui dans cette page, le professeur Purroy dénonce animalistes et végans. Il alerte en particulier sur la menace présentée par les antispecistes qui prônent l'alignement et l'égalité par le bas de toutes les espèces animales et, par voie de conséquence et sans conscience, la dégradation de l'humain.  DANGER !

A découvrir aussi sur le site de la Fédération des Sociétés Taurines de France http://torofstf.com/

A lire également "La fête des taureaux est grandeur". 

(http://www.vingtpasses.com/2016/12/la-fete-des-toros-est-grandeur.html)

Photo Michel ChauvierreLa menace du mouvement animaliste

La civilisation occidentale plonge ses racines dans la culture gréco-romaine et dans la pensée judéo-chrétienne, elle s’enorgueillit, de plus, d’avoir conduit l’évolution socioculturelle et religieuse de plus de la moitié du monde durant deux millénaires. Depuis quelques décennies, un nouveau mouvement essaie de s’imposer fortement dans le contexte international pour subvertir l'ordre établi et substituer à l'humanisme chrétien, où l'homme est le centre intellectuel et moral de la vie ordinaire, un nouveau concept selon lequel les animaux irraisonnables possèdent la même importance que la condition humaine, ce qui, pour le moins, semble insensé.

Le promoteur principal de cette nouvelle croisade animaliste est le philosophe australien Peter Singer, formé à l'Université d'Oxford et qui exerce comme professeur de bioéthique à l'Université de Princeton (USA). En 1975, il a publié un livre, “La Libération animale” qui est devenu la bible des animalistes, défendant l'égalité morale entre humains et animaux, jusqu’à affirmer que la mort a la même valeur pour les uns et pour les autres. Mais la vie d'un moustique a-t-elle la même valeur que celle-là d'une vache laitière ? ; et celle d'un chimpanzé ? Dans ce positionnement, l'hypocrisie apparaît souvent.

Ce nouveau mouvement animaliste va beaucoup plus loin et défend l'antispecisme c'est-à-dire l’égalité par le bas de toutes les espèces animales, avec pour effet de dégrader l'homme, ce qui est l'un des objectifs du mouvement. Et même diriger le coup plus haut, jusqu’aux dieux et ainsi mettre en pièces l'opinion du philosophe grec Aristote : les animaux sont déraisonnables et mortels, l’homme est raisonnables et mortel, les dieux sont raisonnables et immortels.

Le courant animaliste s’abreuve aussi aux sources de l'écologisme profond, celui qui a des accointances avec le monde végétarien et végan. Les végans sont opposé à l'élevage du bétail, à son sacrifice dans les abattoirs et à la consommation d'aliments d'origine animale. Ils ne sont pas conscients du nombre de familles qui vivent de l’élevage dans le monde (au moins 1300 millions d'emplois directs et 700 millions d’indirects), de la sauvegarde de l'équilibre écologique que procure l’élevage, des plus de 800 millions de personnes qui souffrent de la faim … Quelle grande irresponsabilité !

C’est comme s'ils voulaient nous faire retourner au néolithique quand l'homme abandonne le nomadisme et apprivoise les animaux pour ne pas avoir à dépendre de la chasse pour disposer de protéines animales de grande valeur nutritive très nécessaires dans notre régime. De grandes multinationales nord-américaines de l'alimentation investissent d'énormes sommes d'argent pour chercher à fabriquer de la viande de synthèse qui pourrait se substituer à la naturelle, une utopie inaccessible.

Ce nouveau courant naît à l’écart du milieu rural. L'ignorance de la vie rurale, de la production agraire et de l'équilibre environnemental fait que les animaux de production - de revenu - s’affrontent aux animaux de compagnie qui ont été sortis de leur milieu naturel pour vivre dans une ambiance humanisée, qui ne leur correspond pas. Comment croire, par exemple, qu'un chat châtré, qui vit dans un appartement de luxe, est plus heureux que s'il vivait en pleine campagne, chassant des souris dans son vrai milieu naturel.

Beaucoup d'activités humaines à grande tradition culturelle, rattachées aux animaux, faisant partie aujourd’hui des activités de loisir, se trouvent menacées par l'intransigeance des animalistes. La chasse, la pêche, la tauromachie, les cirques, les zoos … sont les points de mire des antis qui, sans être nombreux, sont bien organisés et généreusement financés par de grands groupes internationaux.

La tauromachie ne les préoccupe pas spécialement parce qu'elle représente très peu dans le contexte socio-économique, puisque elle se pratique seulement dans huit pays au monde, avec peu de répercussion économique. Elle a, cependant, un grand effet par la présence de la mort dans l'arène utilisée comme un prétexte à déclencher beaucoup de protestations animalistes. Un petit succès contre les taureaux a une grande répercussion médiatique qui galvanise les intransigeants. Les mouvements antitaurins ne comprennent pas qu'ils sont manipulés par la grande cause animaliste qui prétend transformer le monde.

Beaucoup plus inquiétant est le dommage qu’elle peut causer à l'élevage, aux éleveurs, aux consommateurs et à l'environnement. Et que le monde des animaux de compagnie - des mascottes -, ne soit pas trop rassuré. Pour le moment il est laissé tranquille parce qu'il génère beaucoup d’activité économique : dans la seule Europe des 28, plus de 60.000 millions d'euros par an.

Il ne fait aucun doute, que la croissance du mouvement animaliste apporte des dangers devant lesquels nous ne pouvons pas rester impassibles.

 

Antonio Purroy Unanua
Professeur de Production Agraire à l'Université Publique de Navarre de Pamplona, membre de la Société Civile de Navarre
 

Lire ici le texte original en Espagnol

Publié dans Corrida et Société

Commenter cet article