"si je devais acheter des Miura..."

Publié le par vingtpasses

"si je devais acheter des Miura..."
 
Par Hubert COMPAN, Docteur-Vétérinaire *

 

Je n’ai pas tout compris et je continue à me poser des questions :

Pourquoi des sobreros de Garcigrande ? Pourquoi renvoyer le second du Juli ?

Même invalide, on aurait vécu l’évènement de la Feria ! Et la frustration aurait été diminuée.

Pourquoi cette faiblesse généralisée ?

Rappelez- vous , il y a 5 ou 6 ans, les Miuras de Nîmes étaient sortis faibles et légers. Les mêmes Miuras de peu de volume sont sortis excellents avec Castano seul contre 6 en 2012 et je me souviens d’une Miurada de grande peur à Béziers en  2008, d'un poids moyen de 650 kg avec Lescarret se faisant courser après sa 7ème tentative de coup d’épée...

Je me risque à une explication scientifique avec toujours pour référence les travaux de l’INRA, et sans connaître les détails du « manejo » de la ganaderia. Dans nos études, nous avons constaté que les Miura avaient une typologie musculaire particulière : ils ne possédaient que 1 à 2 %  de fibres rapides, alors que les Domecq en possèdent 10 %.  Cette quasi absence de fibres rapides qui fonctionnent avec le carburant glycogène, explique le manque d’explosivité dans le 1er tercio des Miura. Alors que les Domecq sont de grands galopeurs, les Miuras fonctionnent essentiellement sur les fibres intermédiaires et les fibres lentes qui assurent des piques sans s’épuiser mais parfois spectaculaires (EC=1/2 MV2)et des faenas en général courtes… quand tout va bien. A Nîmes, la panne de carburant Glycogéne est arrivée tout de suite des les premiers galops, et le métabolisme oxydatif n’a pas pu prendre le relais.

Pourquoi cette panne généralisée ? :

Génétiquement les Miuras ne sont pas programmés pour le sprint et le galop des JP Domecq ou Garcigrande : c’est un handicap « génétique » qui caractérise les races rustiques. Pour une bonne fourniture des muscles en glycogène, il faut un foie qui fonctionne bien et une alimentation gluco-formatrice.  Sans connaître le manejo actuel de la ganaderia, on peut penser que ces toros qui avaient à peine plus de 4 ans (vêlages de février 2010) ont consommé de la pâture de printemps et peu d’aliment :  les toros n’ont pas fait leur réserve de glycogène car l’herbe n’a jamais produit des toros de 4 ans volumineux et forts. L’amidon de céréales est nécessaire aux ruminants  pour fabriquer du glucose et des réserves de gras par l’intermédiaire de l’acide propionique : on ne va pas préparer les footballeurs de l’équipe de France avec des feuilles de salade.

Le 1er Miura était presque maigre, et on peut faire le pari qu’avec 1 an de plus, un bon pienso et 50 kg de muscle de plus, le lot aurait pu passer à Béziers au 15 août avec une réserve en carburant suffisante. Après, il y a tout ce qui peut se passer à l’embarquement, dans le transport, au débarquement, dans les corrales…. En fait pour faire un diagnostic complet, il faut questionner l’éleveur, le mayoral, le nutritionniste, le responsable des corrales et surtout il faut pouvoir interpréter les réponses car dans le monde des éleveurs on ne dit pas tout et il faut beaucoup d’expérience pour en savoir un peu.

Si je devais acheter des Miuras… !
  • Je choisirais des toros de 5 ans.
  • Je les programmerais pour septembre
  • J’exigerais un volume musculaire conséquent pour 600 kg de poids
  • Je me renseignerais sur les rations distribuées et la préparation des animaux.

Et si cette corrida se passait mal, je chercherais et trouverais certainement d’autres explications au cours de la tertulia finale…

-------------------------------§§§§§--------------------------------

* Docteur Vétérinaire nutritionniste, Hubert COMPAN jouit d'une longue expérience d'observation et de conseil auprès des ganaderias de race brave. Il a notamment collaboré à deux programmes de recherche de l'INRA sur des sujets particuliers qui intéressent l'aficionado :

- Faiblesse musculaire - Chutes des toros de combat : les muscles des toros et leur métabolisme pendant la lidia, corrélation avec la dépense énergétique et les signes de faiblesse.

- Techniques de préparation alimentaire : leur efficacité sur la force et la mobilité.

Publié dans Le toro

Commenter cet article

manolo 14/06/2014 18:22

Qu'on ne vienne pas nous dire que ces conseils d'H.Compan (toros de 5 ans,volume musculaire...) ne sont pas connus de l'Empresa,d'El Juli ,des veedores et du Ganadero ! Alors ?

Michellodenimes 13/06/2014 19:29

C'est très intéressant merci. Mais tous les miuras ont la même nourriture ont en revient alors aux reatas